Accueil > Conseils et orientation > Ces métiers du droit du sport méconnus – Responsable des compétitions

Ces métiers du droit du sport méconnus – Responsable des compétitions

Ces métiers du droit du sport méconnus – Responsable des compétitions

A secteur d’activité spécifique, métier spécifique. Le secteur sportif abonde de métier qu’on ne trouve qu’en son sein ; à titre d’exemple celui de responsable des compétitions sportives. Pour en savoir un peu plus sur ce métier, le Petit Juriste est parti à la rencontre d’Anne-Laure Michel, responsable des Compétitions à la Ligue Nationale de Handball.

Bonjour Anne-Laure Michel, pouvez-vous vous présenter en deux ou trois phrases

Originaire de Marseille et passionnée de sport depuis toujours, je travaille depuis 4 ans à la Ligue Nationale de Handball.

LPJQuel est votre parcours universitaire et professionnel ?

Anne-Laure Michel : Après l’obtention d’un Bac S, j’ai intégré sur concours l’IEP de Lyon. En troisième année, je suis partie un an à Brisbane (Australie) dans le cadre d’un échange universitaire. J’ai pu ainsi étudier le management du sport à l’université du Queensland et j’ai eu l’occasion d’effectuer un stage à la Ligue Régionale de Foot Australien du Queensland (AFL Queensland) au service développement. C’est là-bas que j’ai réellement su que je voulais travailler dans le sport. En 4ème année à l’IEP, j’ai choisi la spécialité M1 Economie, Management des Organisations et Ressources Humaines, et focalisée sur mon objectif de travailler dans le sport, j’ai fait du bénévolat au sein de la Ligue Rhône Alpes de Football : j’ai découvert le fonctionnement de certaines commissions, j’ai assisté la directrice générale, etc. Une belle expérience que j’ai pu valoriser par la suite !

Durant mon cursus, j’ai également été membre, puis présidente du Bureau des Sports de l’IEP de Lyon. L’année suivante, j’ai effectué un double Master 2 en parallèle, celui de l’IEP de Lyon et le M2 Droit, Economie et Gestion du Sport du CDES à Limoges.

LPJ – Comment avez-vous été recrutée (annonce, candidature spontanée, réseau, intérim…) ?

A.L.M. : J’ai commencé à envoyer des candidatures spontanées pour un contrat d’alternance auprès de fédérations, ligues, clubs, avant même de passer les épreuves d’entrée au M2 du CDES. La Ligue Nationale de Handball m’a répondu car ils avaient des besoins au sein du service juridique, je suis allée passer un entretien et ils m’ont fait une promesse de contrat d’alternance pour un poste de chargé de missions administratives et juridiques, sous réserve que je sois acceptée au Master. J’ai été acceptée au Master, j’ai donc passé 9 mois en apprentissage et la LNH m’a embauché en CDI à l’issue de mon contrat d’apprentissage mais sur un poste différent (même si j’ai gardé des missions communes) : responsable des compétitions.

LPJ – Pouvez-vous nous présenter la Ligue Nationale de Handball ?

A.L.M. : La Ligue Nationale de Handball a été créée en 2004. Elle reçoit délégation de la Fédération Française de Handball afin d’assurer les missions suivantes :

  • Organiser, gérer et réglementer les compétitions nationales professionnelles : La Lidl Starligue et la Proligue (à compter du 1er juillet 2016) : ce sont les deux premières divisions professionnelles masculines, la Coupe de la Ligue et le Trophée des Champions.
  • Assurer la promotion et le développement des clubs de handball français tant sur le plan national qu’international
  • Commercialiser les compétitions et événements qu’elle organise ;
  • Assurer la défense des intérêts matériels et moraux du handball professionnel.

LPJ – Comment la LNH est-elle organisée ?

A.L.M. : La LNH est une structure qui compte actuellement 10 salariés et est structurée autour de deux pôles : une direction communication, évènementiel & marketing (avec un directeur du développement, une responsable communication et évènementiel, un assistant communication et évènementiel et un responsable marketing) et une direction sportive, juridique et contrôle de gestion rattachée au Directeur général (composée d’un responsable juridique, d’une responsable droit social et contrôle de gestion d’un contrôleur de gestion et de moi-même). Une assistante des directions travaille également à nos côtés.

LPJ – Quelles sont les principales missions/activités dont vous avez la charge ?

A.L.M. : J’ai la chance d’avoir un poste qui me permet de toucher à beaucoup de choses à la fois, d’avoir une multitude d’interlocuteurs, donc très enrichissant. Mes principales missions sont les suivantes :

  • La gestion des calendriers des compétitions (de leur conception à leur gestion pendant la saison : lien entre les clubs et le diffuseur TV, mises à jour des calendriers sur le site internet, gestion des demandes de reports de dates)
  • Soutien administratif de la Commission d’Organisation des Compétitions (COC) : c’est la Commission qui est notamment chargée de faire respecter le règlement sportif, qui suit les demandes de délocalisations, qui désigne les couleurs des maillots.
  • Suivi des statistiques et applications LNH : qui permettent notamment d’avoir le live de chaque match sur le site lnh.fr
  • Représentation de la LNH dans les visites des centres de formation pour la délivrance et renouvellement d’agrément : je fais ces visites avec la DTN, les représentants des syndicats et la Direction régionale Jeunesse et Sport.
  • Dialogue européen et international : la LNH fait partie du syndicat des ligues européennes de handball (EPHLA), c’est très intéressant de défendre les intérêts français au niveau européen notamment et de partager l’expérience avec d’autres ligues européennes.
  • Intégrité des compétitions : lien avec l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux en Ligue) et avec l’AFLD (Agence Française de lutte contre le dopage)
  • Soutien administratif de la Commission médicale ;
  • Gestion de la partie sportive sur les évènements LNH : transport, hébergement des équipes, organisation du plateau sportif.

LPJ – Travaillez-vous seul ou en équipe ? Dans quelle proportion ?

A.L.M. : Pour l’instant, je suis seule sur ces missions, mais le poste est assez transverse : je travaille en étroite collaboration avec le responsable juridique sur des décisions des commissions par exemple ou sur les règlements, avec la responsable communication et évènementiel sur les évènements ou sur la communication d’informations relatives au calendrier par exemple, avec le responsable marketing sur la procédure de validation des maillots, avec le directeur du Développement sur les applis LNH et les stats. C’est ce qui rend le poste très intéressant !

LPJ – Quel est la place du juridique dans vos activités ?

A.L.M. : J’ai commencé en apprentissage au service juridique de la LNH en septembre 2012 : je suis arrivée au début du traitement disciplinaire de l’affaire des paris sportifs. J’ai énormément appris. En changeant de poste, j’ai conservé le soutien administratif de la commission Médicale et j’ai découvert la Commission d’Organisation des Compétitions (COC). Les deux sont amenées à prendre des décisions, soit pour non-respect de leur règlement respectif, soit pour répondre à une saisine d’un club (demande de joker médical par exemple ou demande de report de dates). Les Commissions prennent les décisions, donnent leurs arguments et je leur propose un projet de rédaction. J’ai une partie juridique également lorsque nous faisons évoluer nos textes règlementaires : nous organisons des groupes de travail avec des représentants des syndicats, des administratifs de clubs, des représentants de la Commission concernée, le groupe de travail fait des propositions de modifications règlementaires qu’on soumet aux instances. Avec mon collègue responsable juridique nous sommes chargés de préparer tout ce travail et d’en faire les rédactions.

LPJComment se déroule une semaine type d’une responsable des compétitions ?

A.L.M. : En semaine de championnat, 6 matchs se jouent mercredi et un se joue le jeudi. Ce qui est compliqué c’est qu’il faut avoir à la fois 5 à 6 semaines d’avance sur le calendrier et en même temps gérer les matchs de la semaine : 5-6 semaines avant la journée de championnat, c’est le délai par exemple qu’on fixe au diffuseur pour nous faire un retour sur les souhaits des affiches à téléviser. Donc en début de semaine, je présente les journées à 5-6 semaines au diffuseur TV, je récolte ses vœux, je retourne vers les clubs concernés pour les en informer, on gère les éventuelles demandes de report de match, de délocalisation dans de grandes arenas ; une fois les rencontres tv fixées ça permet de valider les conclusions de match des autres rencontres.

En amont des rencontres, la COC désigne les couleurs de maillots, je mets à jour la liste des joueurs autorisés à prendre part aux rencontres (en prenant en compte les éventuelles suspensions disciplinaires, fin de validité des licences, certificats médicaux manquants), je réceptionne les désignations arbitrales et j’informe l’ensemble des clubs et des officiels de ces données (désignations, maillots, liste des joueurs). Nous traitons les éventuelles modifications de protocole d’avant match. Les jours et soirs de match, je suis un peu « d’astreinte » : en cas de problème feuille de match, un joueur qui sort en anomalie, un problème de Live Stats, on peut nous appeler. Après les matchs, je récupère les plans larges mis à disposition par notre diffuseur, je les dépose sur une plateforme vidéo à l’attention des entraineurs, je récupère les feuilles de matchs et les rapports des référents et les vérifie, je prépare les dossiers lorsqu’il y a des réclamations, rapports feuilles de match, je réunis la commission le cas échéant. Ensuite chaque semaine, nous avons notre lot de réunions, groupes de travail sur divers sujets (sécurité dans les salles, ça va être le prochain gros thème de la saison 16-17 avec la COC, audit des infrastructures médicales, évolution des règlements, groupe de travail calendrier) et j’ai ensuite toutes les missions relatives à la gestion de la partie sportive des évènements qui rythment notre saison (Trophée des Champions en septembre, Hand Star Game en février, phases finales de coupe de la Ligue en mars/avril, Trophées du handball en juin).

LPJ – Quelles sont les compétences attendues (générales et spécifiques) pour exercer votre métier ?

A.L.M. : Il faut avoir une bonne connaissance du fonctionnement des institutions sportives et, en particulier de celles du handball : savoir qui est compétent, qui doit adopter tel ou tel document, qui doit prendre la décision sur tel ou tel sujet.

Il faut être rigoureux, méthodique et disponible dans les moments de pointe : les rencontres et le championnat n’attendent pas. Il faut être capable de prendre des initiatives et se fixer des priorités afin de respecter les délais.

Pour finir, il faut savoir écouter ses interlocuteurs (qui sont multiples : salariés de clubs, entraineurs, élus, membres de commission, bénévoles, arbitres et délégués), analyser les demandes, concilier et répondre de manière courtoise et diplomate.

LPJ – En quoi votre activité professionnelle vous plait‐elle ?   

A.L.M. : J’aime la diversité des dossiers à gérer même si parfois j’aimerais y consacrer davantage de temps. J’aime également beaucoup la multiplicité des interlocuteurs : pour tout vous dire, je ne connaissais quasiment rien au handball avant de travailler ici, c’est un peu une fierté de se retrouver sur un poste de responsable des compétitions à travailler avec des techniciens, des représentants de clubs, alors que je ne savais pas comment fonctionnait une table de marque il y a encore de ça 4 ans !

LPJ – Un conseil aux jeunes diplômés qui souhaitent suivre vos traces ou s’insérer ?

A.L.M. : Être motivé et focalisé sur son objectif ! N’hésitez pas à faire du bénévolat pour découvrir le milieu, à faire des stages pendant vos études, à contacter des professionnels du secteur.

LPJ – Pour conclure, quelle formation conseillerez-vous aux étudiants en droit pour suivre vos traces ?

A.L.M. : Je ne me permettrais pas de parler de formations que je ne connais pas, mais le Master 2 du CDES Droit, Economie et Gestion du Sport, est pour moi très adapté ! Il nous donne les outils nécessaires pour appréhender ce milieu et ses enjeux.

Propos recueillis par Paul MESSI

 

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

e-sport

Le e-sport officiellement reconnu par la loi pour une République numérique

Depuis le 7 octobre 2016, la pratique compétitive de jeux vidéos est désormais reconnue officiellement par ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *