Accueil > Brèves > Brèves Droit Privé > Droit International Privé – "Successions Internationales"

Droit International Privé – "Successions Internationales"

L’article 2 de la loi du 14 juillet 1819 relative à l’abolition du droit d’aubaine et de détractation disposait que « dans le cas de partage d’une même succession entre cohéritiers étrangers et français, ceux-ci prélèveront sur les biens situés en France une portion égale à la valeur des biens situés en pays étranger dont ils seraient exclus, à quelque titre que ce soit, en vertu des lois et coutumes locales ».

Et, suite à une question prioritaire de constitutionnalité transmise par la cour de cassation le 1er juin 2011, le Conseil constitutionnel a jugé ce droit de prélèvement contraire au principe d’égalité devant la loi et a prononcé son abrogation immédiate, la raison étant que ce droit établissait une différence de traitement avec les héritiers venant également à la succession d’après la loi française et non privilégiés par la loi étrangère.

Cette décision du Conseil constitutionnel met donc fin à une règle qui était souvent utilisé en droit international privé, en matière de successions internationales.

Pour en savoir plus :Décision du conseil constitutionnel du 5 août 2011, n° 2011-159 QPC
SENAC Charles-Edouard, La censure d’une discrimination entre héritiers français et
étrangers par le juge constitutionnel, Gazette du Palais, n°285 à 286, 12 – 13 octobre 2011
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

Contrat

Droit des sûretés – Cautionnement à durée indéterminée et assouplissement de la mention manuscrite

Selon l’arrêt rendu le 15 novembre 2017 par les juges de la chambre commerciale de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *