Accueil > Brèves > Brèves Droit Privé > Procédure civile – Référé.

Procédure civile – Référé.

Alors que le pourvoi soutenait que le trouble manifestement illicite ne pouvait être constitué
que par une entorse à une règle de droit, les juges du Quai de l’Horloge ont considéré les
choses autrement. En effet, bien que l’adjectif « illicite » oriente vers une appréciation
juridique du trouble, la Cour de cassation a considéré, le 12 juillet 2012, qu’il n’est pas
indispensable qu’une violation d’une règle de droit soit constatée. Le simple risque de
confusion entre deux avocats sur internet est à l’origine d’un trouble manifestement illicite.
(Civ. 2ème, 12 juillet 2012, n°11-20.687).

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

Contrat

Droit des sûretés – Cautionnement à durée indéterminée et assouplissement de la mention manuscrite

Selon l’arrêt rendu le 15 novembre 2017 par les juges de la chambre commerciale de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *