Accueil > Brèves > Gestation pour autrui : La Cour de cassation se conforme à la jurisprudence de la CEDH

Gestation pour autrui : La Cour de cassation se conforme à la jurisprudence de la CEDH

Gestation pour autrui : La Cour de cassation se conforme à la jurisprudence de la CEDH

L’assemblée plénière de la Cour de cassation a fait application de la jurisprudence Mennesson dans deux arrêts du 3 juillet dernier (AP. 3 juillet 2015 n°14-21.323 / n°15-50.002)

Alors que la gestation pour autrui reste prohibée en France (articles 16-7 et 16-9 du Code civil), La Cour Européenne des droits de l’Homme, dans deux arrêts « Menesson » et « Labassée » (26 juin 2014), a jugé que le refus de transcrire l’enfant né par GPA sur les registres de l’état civil français violait l’article 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (droit à la vie privée et familiale) dans la mesure où il privait l’enfant de son droit à une filiation.

En l’espèce, un père français a reconnu la paternité d’un enfant né en Russie. Le Procureur de la République s’est opposé à la transcription de l’acte de naissance sur les registres de l’état civil français soupçonnant une GPA et donc une fraude à la loi.

Cependant, la Cour de cassation a  jugé « que l’acte de naissance n’était ni irrégulier ni falsifié et que les faits qui y étaient déclarés correspondaient à la réalité (…) la convention de gestation pour autrui conclue entre M. Y… et Mme A… ne faisait pas obstacle à la transcription de l’acte de naissance ». La fraude ne peut donc faire échec à la transcription.

PEREIRA-ENGEL Evane

Elève avocate

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

Contrat

Droit des sûretés – Cautionnement à durée indéterminée et assouplissement de la mention manuscrite

Selon l’arrêt rendu le 15 novembre 2017 par les juges de la chambre commerciale de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *