Accueil > Conseils et orientation > Mes premiers pas dans les ressources humaines

Mes premiers pas dans les ressources humaines

Mes premiers pas dans les ressources humaines

On n’a pas toujours la chance d’avoir dans son carnet d’adresse des contacts de jeunes professionnels entrés récemment dans la vie active. Et pourtant, leur témoignage s’avère souvent essentiel pour bien s’orienter. Le guide des formations juridiques vous offre cette opportunité avec le témoignage de Clémence Zunino, Juriste droit social / chargée de Ressources Humaines chez Vinci Construction Terrassement.

 

Faire du droit pour partir dans les ressources humaines, est-ce fréquent ?

J’ai choisi de me spécialiser en droit social en partie dans l’optique d’intégrer un service RH, que ce soit en tant que juriste « pure » ou dans un poste à vocation plus généraliste. Cette tendance n’est pas isolée parmi les étudiants en droit social, car bon nombre d’entre eux choisissent de se tourner vers l’entreprise, même sans avoir une idée précise des fonctions qu’ils souhaitent y exercer.

L’orientation du poste dépend ensuite des opportunités qui se présentent, mais aussi de l’organisation de l’entreprise dans laquelle on postule : certaines préfèrent avoir un service réservé aux questions juridiques, bien distinct du service des ressources humaines, voire même un poste de juriste en droit social intégré au service des ressources humaines et dédié aux questions juridiques, tandis que d’autres conçoivent la fonction de manière plus polyvalente, offrant des postes à « double casquette », qui permettent de traiter de problématiques RH tout en assurant la bonne application de la règlementation sociale en vigueur.

24h dans la peau d’une chargée de ressources humaines, cela ressemble à quoi ?

Les journées ne se ressemblent jamais ! C’est à la fois l’avantage et l’inconvénient de travailler dans « l’humain » : il faut traiter des situations individuelles ou collectives très variées tout en tenant compte de la stratégie économique et sociale de l’entreprise à un instant donné, mais aussi gérer les imprévus et les situations d’urgence, qui peuvent bouleverser l’organisation d’une journée.

Au quotidien, je peux être amenée à conseiller le personnel encadrant de l’entreprise en matière juridique et RH, à rencontrer des salariés, à traiter des dossiers disciplinaires, à mettre en œuvre des procédures ponctuelles (par exemple les élections professionnelles), ou encore à participer aux  réunions des institutions représentatives du personnel.

Plus occasionnellement, je suis amenée à me déplacer dans les diverses entités de la société (par exemple pour y rencontrer des salariés, participer à des négociations syndicales, suivre des élections, etc.),  ou à assister à des réunions de travail à l’extérieur.

Les journées peuvent être longues, en raison de la variété des situations à gérer, mais aussi parce qu’un chargé de ressources humaines est le garant du bon déroulement des procédures mises en places, souvent encadrées par des délais stricts et qui nécessitent une grande rigueur dans leur application, donc de nombreuses vérifications.

Un conseil aux jeunes diplômés qui souhaitent suivre tes traces?

Je leur conseille avant tout de croire en leur potentiel malgré les éventuels refus des recruteurs, car les études juridiques, loin de fermer les portes des fonctions RH, sont appréciées pour la rigueur qu’elles enseignent et permettent d’avoir une vision pluridimensionnelle des solutions à apporter aux différentes problématiques rencontrées.

En outre, ils doivent avoir à l’esprit que la fonction RH requiert une certaine adaptabilité, tant à l’entreprise qu’aux situations : dès leur entrée dans le monde professionnel, ils devront rapidement comprendre et porter les valeurs de l’entreprise, qui s’expriment tout particulièrement dans la politique RH, mais aussi apprendre à se détacher des livres de droit pour gérer des situations humaines concrètes. Les ressources humaines ne sont pas une science exacte, et il ne faut pas perdre de vue que derrière chaque problématique RH, il y a un problème humain et souvent d’importantes conséquences sociales.

Cela peut sembler fastidieux au jeune diplômé, mais qu’il se rassure : cet apprentissage s’enrichit progressivement avec l’expérience.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

Photo.SocialRoom

« Les juristes ont une capacité d’innovation exceptionnelle » Alexandre Morey, Directeur juridique de SNCF Transilien

Faire des plateformes développées par les legal startups l’outil privilégié des juristes, accompagner l’essor des ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *