Accueil > Divers > La transformation d’une kafala en adoption plénière.

La transformation d’une kafala en adoption plénière.

La transformation d’une kafala en adoption plénière.


La kafala est une mesure d’accueil légal d’un enfant mineur (dit makfûl) par une famille (dite kafil) prenant l’engagement de prendre en charge son entretien, son éducation et sa protection. Cette mesure révocable ne crée aucun lien de filiation entre le recueillant et l’enfant. Son domaine concerne non seulement les enfants qui ont une filiation légalement établie mais il s’étend aussi aux enfants de filiation inconnue. 


La kafala est reconnue par la Convention internationale des droits de l’enfant du 20 novembre 1989 comme une mesure pérenne de protection de l’enfant sans famille, qui ne crée aucun lien de filiation entre kafîl et makfûl. 

Dans les pays du Maghreb, l’adoption (en tant que mécanisme juridique créant un lien de filiation) est interdite au Maroc et en Algérie, seule la kafala, mesure ne créant pas de lien de filiation, est autorisée. Les lois algérienne et marocaine permettent la concordance des noms patronymiques avec le kafil mais cette concordance n’a aucun effet sur le lien de filiation et ne donne pas droit à la transcription sur le livret de famille du ou des makfûl. Précisons que la Tunisie reconnaît l’adoption depuis la loi du 4 mars 1958 modifiée par la loi du 19 juin 1959.

La réception en droit français des institutions de droit musulman n’est pas un cas d’école. En effet, dès les années quatre-vingt, le juge français a dû faire face à de nombreuses situations dans lesquelles les institutions familiales de droit musulman avaient vocation à produire des effets juridiques en France (cas du mariage polygame, de la répudiation (1), par exemple). 

La loi n°2001-111 du 6 février 2001 relative à l’adoption internationale prévoit que les conditions de l’adoption sont soumises à la loi nationale de l’adoptant, et si l’adoption est le fait de deux époux, à la loi des effets de leur union. Cependant, l’adoption ne peut être prononcée si la loi nationale de l’un ou l’autre époux l’a prohibe (article 370-3 alinéa 1er du Code civil).

De même, l’adoption du mineur étranger ne peut pas être prononcée si sa loi personnelle prohibe cette institution (article 370-3 alinéa 2 du Code civil). Il faut comprendre alors que si la loi nationale de l’adoptant ou si la loi des effets de l’union d’époux prohibe l’adoption, ils ne pourront adopter. Pareillement, le mineur étranger dont la loi nationale prohibe l’adoption ne pourra pas être adopté.  Cependant, une adoption est envisageable si le mineur est né et réside habituellement en France (article 370-3 alinéa 2 du Code civil). En effet, la Cour de cassation a jugé que l’enfant ne peut pas être adopté en France si sa loi personnelle prohibe l’adoption tout en précisant que « la kafala n’est pas une adoption et que, par ailleurs, l’enfant n’était pas né et ne résidait pas habituellement en France » (2). Ce procédé législatif a été jugé conforme à l’article 8 de la Convention européenne. En effet, la Cour européenne énonce que le refus de prononcer l’adoption d’un enfant recueilli par kafala « ne constitue pas une différence de traitement ni une atteinte au droit de mener une vie familiale normale et ne méconnaît pas l’intérêt supérieur de l’enfant, dès lors que la kafala est expressément reconnu par la Convention de New York relative aux droits de l’enfant, au même titre que l’adoption » (3). Cependant, il est possible de contourner la loi personnelle interdisant l’adoption grâce au droit de la nationalité. 

Il s’agit de savoir si l’interdiction d’adoption posée par le statut personnel de l’enfant ne peut pas être contournée grâce au droit de la nationalité (4). Conformément à l’article 21-12 du Code civil, l’enfant qui, depuis au moins cinq ans, a été recueilli en France et élevé par une personne de nationalité française, peut réclamer la nationalité française. L’élément d’extranéité ainsi éliminé ramènerait la situation dans l’orbite du droit français. Ainsi, l’enfant ne serait donc plus soumis à sa loi personnelle qui interdit l’adoption mais à la loi française. 

Pma bébé

Une réponse ministérielle du 21 août 2008 énonce que « dès lors que l’enfant a été élevé pendant cinq ans en France par des français, la nationalité française peut lui être accordée, selon les conditions fixées par l’article 21-12 du Code civil. La loi française lui étant alors applicable, l’enfant devient adoptable (5)». À l’appui de cette argumentation, soulevons un arrêt de la Cour d’appel de Paris du 15 février 2011 (6) sur une déclaration de nationalité française de l’enfant recueilli par kafala qui a conduit à son adoption plénière.

Il est possible de contourner la loi personnelle interdisant l’adoption grâce au droit de la nationalité mais reste la question du consentement nécessaire du représentant légal de l’enfant. Conformément aux dispositions de l’article 370- 3 du Code civil, l’adoption requiert le consentement du représentant légal de l’enfant.  En droit français, on a admis la constitution d’un conseil de famille ad hoc sur le territoire français permettant aux membres du conseil de famille de consentir à l’adoption lorsque l’enfant n’a pas de filiation connue (Civ. 1 ère, 30 septembre 2003, n° 01-02.630).

En effet, il faut rappeler que selon la première chambre civile de la Cour de cassation dans un arrêt rendu le 4 décembre 2013 (7), « le consentement de l’adoption ne peut être donné par le conseil de famille que lorsque les père et mère de l’enfant sont décédés, dans l’impossibilité de manifester leur volonté ou s’ils n’ont perdu leurs droits d’autorité parentale ou encore lorsque la filiation de l’enfant n’est pas établie ». Ainsi, si les enfants ont été reconnus par leurs parents biologiques qui continuent d’exercer leurs droits d’autorité parentale, le consentement du conseil de famille ad hoc sera sans effet devant les juridictions françaises. 

Une adoption simple est révocable sous certaines conditions contrairement à l’adoption plénière irrévocable. Contrairement à la kafala qui permet de mettre fin au lien qui les unit aux enfants, les adoptants ne pourront plus rompre leur lien de filiation à l’égard des enfants une fois que l’adoption plénière aura été prononcée par le juge français. 

Une fois l’adoption prononcée, les enfants pourront être inscrits sur le livret de famille et recevoir tous les droits patrimoniaux et sociaux auxquels ils auront droit en application de la loi française.

Cependant, la transformation d’une kafala en adoption est tributaire des aléas inhérents à toute procédure judiciaire car comme l’a énoncé récemment la Cour de cassation « la solution ne dépend pas de la seule constatation de l’acquisition de la nationalité française mais suppose l’examen d’une situation concrète relevant de l’office du juge du fond (8) ». 

Sonia BEN MANSOUR

Elève avocate, doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 

1) Mode de dissolution du mariage exclusivement tributaire de la volonté unilatérale et discrétionnaire du mari (source : Marie Claude Najm, « Le sort des répudiations musulmanes dans l’ordre juridique français. Droit et idéologie(s) »., Droit et cultures (en ligne), 59/ 2010-1, mis en ligne le 06 juillet 2010http, URL : http:// droitcultures.revues.org/2070).

2) Civ 1ère, 10 mai 2006 : Dr. Famille. 2007, comm. 96, note M. Farge ; JCP G 2007, II, 10072, note M.Farge;         D.2007, p.816, obs. H. Fulchiron ; Defrénois 2007, p.133, note M. Révillard ; p. 307, note J.Massip ; AJF 2007, p.32 obs. A.Boiché ; RJPF 2007-1/35, note M-C Le Boursicot ; JDI 2007 comm.11, p.564, note C. Brière ; Civ.1ère, 9 juillet 2008, D. famille 2008, comm.133, note M.Farge ; Defrénois 2008, p.2181, note M.Révillard ; AJF 2008, p.394, obs.A.Boiché).

3) CEDH 4 octobre 2012, Harroudj c. France req. n° 43631/09.

4) Raisonnement de P. Murat, « le refus de transformation en adoption », AJ famille, n°7-8, 2012.

5) Dans le même sens : Rép. Min. Justice n°000878 et 00293, JO Sénat, 30 août 2007, page 1545.

6) Paris, 15 février 2011, AJ fam. 2011. 320, obs. Douris, n°10/127/18.

 7) Civ 1ère, 4 décembre 2013, n°12-26.161 (1387 FS-P + B +I), AJ. Famille 2014, page 180, A. Boiché.

8) Civ. avis 17 décembre 2012 n°12-00.013.

 

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

Capture 2

SAVE THE DATE : le Forum des carrières juridiques revient le 8 décembre 2017 !

Pour la 2ème année consécutive Carrières-juridiques.com, en partenariat avec HEAD, vous invite à participer à un ...

17 Commentaires

  1. melle sonia
    je suis agréablement surprise par votre commentaire.
    il est très rare de lire sur la kafala des propos juste.
    je suis une maman française qui a fait une kafala en algérie en 2007.
    je vous assure que les lois ne sont pas appliquées partout en France .
    chaque tribunal chaque préfecture caf secu…conseil général. ont leur propre « code civil »!!
    depuis 2010 suite a la circulaire je me bas pour faire entendre le plein droit de la kafala en France.de nombreuses maman se retrouvent dans des impasses, heureusement l’association APAERK existe.
    la kafala est une grossesse qui n’en fini ps.moi ca fait 7 ans que je me bas pour avancer dans les papiers de mon enfant

    • Bonjour,
      Je suis dans le même cas de figure, j’ignore complètement ce qui va se passer car je viens d’obtenir la kafala pour ma fille d’origine marocaine.
      Si vous pouvez m’écrire j’en serai ravie
      Cordialement

  2. Pour tous renseignement sur la Kafala un site existe : http://www.kafala.fr nous avons aussi une page facebook : http://www.facebook.com/kafala

  3. bonjour, entièrement d’accord avec les propos de francoise..; Il n’est pas normal que sur notre territoire nous n’ayons pas tous les mêmes droits, les mêmes procédures pour des demandes identiques… que le juge de fond puisse refuser la constitution d’un conseil de famille (comme ce fût mon cas) visant à protéger les intérêts des enfants en anticipant (notamment en cas de décès du kafil solo, demande de nationalité ou adoption pour ceux qui le souhaitent également )… Pourquoi ne pas prévoir en amont une protection juridique pour pallier à ces situations imprévues??, Est il normal de privilégier les éventuels risques de conflit des lois au détriment de l’intérêt de l’enfant en le renvoyant dans son pays de naissance en cas de décès du kafil?? Vous précisez effectivement cette notion de consentement à l’adoption mais si le juge au départ fait obstacle au conseil de famille, rien ne pourra être fait par la famille ensuite..Tant que cette constitution du conseil de famille ne sera pas légiférée on se trouvera dans des situations bloquées…Dès lors que l’enfant acquiert la nationalité française cela devrait être obligatoire lorsque la famille le demande… lilou

    • Je vous remercie de l’attention portée à cet article. Je comprends votre désarroi. La difficulté réside dans le fait que la kafala n’est pas une adoption et ne peut être tout à fait assimilée à une institution de droit français (on l’assimile parfois dans certains cas soit à une tutelle ou à une délégation parentale…). Les inconvénients qui découlent de l’ interdiction du statut personnel de l’enfant peuvent être contournés par le droit de la nationalité. Les situations sont traitées différemment car chaque kafala renvoie à une situation particulière. Les parents sont ils décédés? la filiation est elle inconnue?… chaque cas est spécifique et il faut bien sûr éviter toute dérive et cerner le lien qui unit le kafil au makful dans chaque cas d’espèce. Cependant, il est certain qu’il faut se prononcer rapidement sur l’amélioration des droits et du statut juridique de ces enfants (cf. proposition de réforme du Défenseur des droits). Bien à vous, Sonia Ben Mansour

  4. mon épouse et moi même avons adopté sa nièce qui se trouve au Maroc par kafala nous avons après deux années de procédure au maroc obtenu le droit de garde et son a

  5. ma fille va sur ses 5 ans. je suis un peu perdue sur la procédure à suivre pour l’adoption plénière et le second prénom que je lui ai donné. Pouvez vous m’éclairer.SVP
    Merci

    • bonjour

      En ce qui me concerne, j’ai fait appel à un Avocat qui va s’occuper de tout. C’est beaucoup plus simple et rassurant.
      C’est une amie (qui elle même a fait une kafala en algérie) , je peux vous donner ses coordonnées si vous le souhaitez.
      Cordialement

      • Bonjour,
        Pouvez vous m’indiquer les coordonnées de votre avocat, car je suis dans le meme cas;
        Par avance je vous en remercie,

        Cordialement,

        RIM

      • BONJOUR
        Pouvez vous me donner ses coordonner et m expliquer les demarches
        cordialement

      • Assalam alikom
        S v p dis moi ou vous avez eu votre fille moi je veux une 2 ème mais ça fait 4 ans que j’ai déposé mon dossier mais pas de réponse.alors que ma fille de 8 ans pleure tout le temps pour avoir une petite soeur elle me dit tout sue je déteste la solitude s v p aidez moi
        Merci d’avance

        • Bonjour,
          Vous avez de la chance d’avoir déjà un premier enfant. Certaines futures familles sont en attente comme vous depuis 4 ans et c’est une attente qui n’en fini pas pour eux. Que votre enfant de 8 ans réclame une petite sœur, c’est super. A vous en tant que parent et de super maman de lui expliquer que ce n’est pas facile et que beaucoup de mamans comme vous sont en attente d’un petit frère ou d’une petite sœur.
          Les enfants sont très intelligents et comprennent tous ce qu’on leur dit, à condition que ce soit dit simplement. Bon courage à vous.

      • Bonsoir,
        Je suis un peu perdue sur cette question moi aussi,pourriez vous me donner les coordonnées de cet avocat??? Aussi pourrions nous garder contact ???
        Cordialement,
        Asma.

        • Bonjour à tous
          Il faut s’armer de patience ! c’est facile à dire pour moi , car j’ai une petite fille adorable de 5 ans qui vient du Maroc .Je suis français et mon épouse également mais d’origine marocaine , et je pense que ça a facilité les choses. Si vous pouvez avoir des relations dans les services sociaux ou en milieu hospitalier, ça peut aider . Notre petite fille a été abandonnée à la naissance , 6 jours après elle était dans la famille de mon épouse et à 16 mois elle était chez nous . Mais les formalités ça a été un vrai parcours du combattant au niveau des autorités marocaines , mais ça a demandé 8 jours après avec le consulat français. Un conseil , prenez un avocat marocain (mais spécialisé dans ce genre d’affaire). Depuis 1 an ma fille porte mon patronime et maintenant je vai faire les démarches pour qu’elle ai la nationalité française l’année prochaine. Bon courage à tous et il faut toujours garder espoir.
          J’allais oublier : toutes mes démarchent ont été faites à Agadir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *