Accueil > Droit des affaires > Droit bancaire et financier > La régulation d’une cybermonnaie bitcoin (BTC)

La régulation d’une cybermonnaie bitcoin (BTC)

La régulation d’une cybermonnaie bitcoin (BTC)

Les approximations[1] entourant le bitcoin (BTC) sont liées à son image abstraite d’« objet juridique non identifié »[2] ou fausse, de monnaie de singe[3]. Cette incertitude est balayée par l’administration fiscale et les commentateurs administratifs qui ont dégagé un Janus fiscal réducteur : selon que l’activité d’achat-revente est exercée à titre habituel ou à titre occasionnel[4].

Pour la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque de France, le « bitcoin n’est pas une monnaie, parce qu’elle n’en réunit pas les trois caractéristiques : moyen de paiement, unité de compte et réserve de valeur »[5]. Toutefois, le cerclage de la notion combine un vocable interne de « cybermonnaies »[6] décentralisées, anonymes[7] et autorégulées[8] via la blockchain[9] et un droit communautaire qui lui préfère un qualificatif plus malléable de « devise virtuelle »[10].

En d’autres termes, c’est un « moyen de règlement direct entre les opérateurs qui l’acceptent », « un moyen de paiement contractuel »[11]. De la sorte, doit-on réguler juridiquement ce qui est déjà autorégulé sur un plan technique ?

Toute régulation répond à un besoin pratique, dépeint par un « encours des crypto‑actifs … [qui] a atteint environ 330 milliards d’euros fin janvier 2018. Ce chiffre étant principalement composé à hauteur de 35 %, du bitcoin »[12]. Les dernières estimations sont de « 24,5 millions de personnes [qui] utiliseraient un portefeuille électronique blockchain et 16,6 millions de bitcoins [qui] seraient en circulation »[13].

En réalité, les enjeux juridiques et fiscaux[14] sont plus vastes[15], car la « digitalisation des actifs[16] … va se développer et remettre en question en profondeur le cadre de fonctionnement de nos économies »[17].

Dans ce contexte, de « volatilité »[18] du bitcoin et sachant que les transactions interviennent « entre des personnes qui ne se connaissent pas, rendant inutile les tiers de confiance »[19], il est séduisant de vouloir réguler (I.), tout en gardant à l’esprit qu’il est périlleux de franchir certains obstacles (II.).

I./ Une régulation séduisante

L’urgence est de garantir des droits aux crypto-actifs[20] et de maintenir une traçabilité des transactions[21] par une « intervention du législateur »[22]. La justesse fiscale est à l’avant-garde pour encadrer « toutes les opérations autour des cryptomonnaies, de l’investissement occasionnel … au cryptotrading »[23], anticipant que les « 1 400 altcoins[24] » représentent aujourd’hui « une capitalisation supérieure à 567 Md$ »[25]

Un auteur pose avec habileté que « le bitcoin ne constitue pas une monnaie interdite »[26]. Et, un autre considère que « l’assimilation du bitcoin à une monnaie n’a rien d’aberrant »[27]. Le bitcoin est une « unité de compte virtuelle [« qui peut être valorisée et utilisée comme outil spéculatif »[28]] stockée sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs d’échanger entre eux des biens et services sans recourir à une monnaie ayant cours légal »[29]

Les quelques soubresauts jurisprudentiels n’ont pour l’instant un impact que sur les particuliers[30]. Sur cette base notionnelle, la doctrine de la « monnaie contractuelle »[31] suit la logique de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Celle-ci retient l’issue de l’opération. Elle l’analyse en un « contrat financier »[32] et lui applique donc une règlementation déjà éprouvée : nécessité d’un agrément[33][34] et interdiction de la publicité par voie électronique[35].

En effet, « dans un contrat de vente de bitcoins, l’absence d’identification des parties importe peu pour la conclusion du contrat »[36]. Mais, le problème est celui d’un régulateur modèle, qui « n’a pas le pouvoir de créer des normes »[37], de surcroît par des communiqués de presse[38]. La meilleure piste de régulation est double : celle des « plateformes d’échange ou de cotation des crypto-actifs » [39] et d’un « droit général des algorithmes »[40].

II./ Une régulation périlleuse

La volonté de régulation est « persistante », surtout depuis « l’annonce de Goldman Sachs, en mars, qui s’est lancée dans le courtage de produits financiers liés au bitcoin » et que « le suisse Vontobel a émis le premier certificat de participation sur le bitcoin avec une durée illimitée »[41]. En filigrane, la blockchain est « le montage qui se trouve derrière la monnaie « bitcoin » »[42]. Elle n’est que la « déclinaison monétaire »[43] de la technologie, dont l’impact environnemental est abscons[44]. De plus, un des enjeux majeurs réside dans les opérations d’Initial Coin Offering (ICO) [méthode de levée de fonds][45]

Du fait de ces imbrications, toute tentative de régulation non optionnelle[46], impacte un champ plus large, faisant perdre en attractivité[47]. Le rejet du Conseil de stabilité financière de toute régulation est symptomatique de l’échelle des enjeux[48] et du fragile équilibre entre « régulation et innovation »[49]. Le levier de la règlementation est au niveau européen[50] et asiatique[51]. Mais, le virtuel n’a « pas de frontières, il paraît difficile de contrôler et a fortiori d’interdire effectivement le bitcoin »[52].

Très récemment, la justice américaine enquête sur des manipulations de cours des cybermonnaies « par la méthode du « spoofing » … consistant à inonder le marché de faux ordres d’achat ou de vente avant de les annuler rapidement, tout comme des techniques de « pump and dump » dans lesquelles plusieurs personnes se concertent pour faire grimper les cours et créer un emballement artificiel »[53]. Les amendes des autorités de contrôle prudentiel[54] ne sont que des cataplasmes, à l’image des fermetures de sites web[55] pour des usages dévoyés sur le « dark web »[56]. Le rançongiciel est en plein essor malgré le développement de la sécurité numérique[57]. Seules les saisies[58] ont un avenir prometteur, tout comme les garanties légales.

Et pourtant, nonobstant les évolutions précitées, la jurisprudence contourne toujours la difficulté en admettant peu ou prou « qu’il est indifférent à la solution du litige de déterminer si le bitcoin est une monnaie électronique »[59]. Le point d’entrée des juges est celui de la conversion des monnaies virtuelles en monnaies ayant un cours légal, de la lutte contre le blanchiment[60] et le financement du terrorisme[61]. Cette logique qui imprègne d’autres branches du droit[62], doit être source d’inspiration, et ce, même si des dispositions pénales et incriminations existantes pourraient ne pas être applicables[63].

 

Philippe LÉTIENNE

Juriste & Docteur en droit

 

 


Notes de bas de page:

[1] P. LÉTIENNE La crypto-monnaie bitcoin (BTC) s’apprécie, RLDI, mai 2018

[2] M. ROUSSILLE Le Bitcoin : objet juridique non identifié Banque & Droit n°159 janv.-févr. 2015

[3] Absence de cours légal, « la monnaie de la France est l’euro » Art. L. 111-1 CMF; AMF Dossiers thématiques Marchés: Produits dérivés, Analyse sur la qualification juridique des produits dérivés sur crypto-monnaies 22 févr. 2018 Source : www.amf-france.org

[4] CE, 26 avr. 2018, nos 417.809, 418.030, 418.031, 418.032, 418.033, L. COSTES P. LÉTIENNE Éclairage sur la fiscalité du bitcoin (BTC) à l’attention des particuliers, RLDI, juin 2018

[5] B. MATHIS Quel décret d’application pour les ordonnances blockchain  ? RLDI N°149, 1er juin 2018

[6] Vocabulaire de l’informatique (liste de termes, expressions et définitions adoptés) JORF n°0121 du 23 mai 2017 texte n°20 NOR: CTNR1713838K

[7] « cash numérique… [qui] offre un niveau de confidentialité particulièrement élevé » C. LAVARDET Bitcoin : par ici la cryptomonnaie ! RLDI, N°100, 1er janv. 2014

[8] « Les comptes ne sont pas enregistrés par une autorité centrale et les échanges sont fait directement par le réseau d’un ordinateur à l’autre » S.-M. CABON L’influence du cyber espace sur la criminalité économique et financière Droit pénal n°3, 1er mars 2018, ét. 5

[9] « autrement dénommée dispositif d’enregistrement électronique partagé » G. MARRAUD des GROTTES Auditions au Sénat sur la blockchain : les incompréhensions demeurent… RLDA N°135 1er mars 2018

[10] CJUE 22 oct. 2015 n°C-264/14 Skatteverket c/ David Hedqvist

[11] T. BONNEAU De quel régime fiscal – BNC, BIC ou plus-values – les profits tirés des cessions de bitcoins relèvent-ils ? JCP E. n°24, 14 juin 2018, 1323

[12] S. MAOUCHE AMF : vers un nouveau cadre légal pour les Initial Coin Offerings Dossiers d’actualité, LexisNexis 10 avr. 2018

[13] Defrénois flash 21 mai 2018, n° 145k6, p. 1

[14] M. MENJUCQ J. SAÏAC R. DALMAU M. RUIMY W. O’RORKE D. GUTMANN Les enjeux juridiques et fiscaux des cryptomonnaies Colloque de l’Association du Master 2 Opérations et Fiscalité Internationales des Sociétés (OFIS) de Paris 1 Panthéon-Sorbonne organisé le 14 mars 2018 Source audio : http://lexradio.fr/emission/1-37-Les-enjeux-juridiques-et-fiscaux-des-crypto-monnaies

[15] V. BALTA Quelle régulation pour les dérivés sur crypto-monnaies ? Dictionnaire Permanent Epargne et produits financiers – Instruments financiers 15 mars 2018

[16] « Bitcoin : premier actif virtuel décentralisé » V. DAHAN A. BARBET-MASSIN Question d’actualité – Les apports de la blockchain en matière de droit d’auteur BRDA 8/18, 15 avr. 2018

[17] Intervention de Robert Ophèle, Président de l’AMF – Mission d’information sur les « Monnaies virtuelles » (Président : Eric Woerth ; Rapporteur : Pierre Person) – Commission des finances de l’Assemblée nationale – 05 avr. 2018, Source : http://amf-france.org

[18] F. DEMPURE Où en est la révolution Blockchain ? JCP N.  n°18-19, 04 mai 2018, 1182

[19] T. DOUVILLE T. VERBIEST Blockchain et tiers de confiance : incompatibilité ou complémentarité ? D. 31 mai 2018, 1144

[20] H. LEFEBVRE S. POLROT C. ABITBOL Moyens de paiement – Blockchain : premier (s) pas vers la réglementation des « cryptomonnaies » et autres actifs numériques JCP E. n°19, 11 mai 2017, 1255

[21] R. SOCHON La révolution technologique du Bitcoin et des ICO : un casse-tête pour les commissaires aux comptes Petites affiches 31 janv. 2018 n°023 p. 4 ID : LPA133m6

[22] G. MARRAUD des GROTTES Auditions au Sénat sur la blockchain : les incompréhensions demeurent… RLDA N°135 1er mars 2018

[23] N. CANETTI Fiscalité des cryptoactifs : éclaircies et zones d’ombre après l’arrêt du Conseil d’État du 26 avril 2018 Les Nouvelles Fiscales, N°1223, 1er juin 2018

[24] Ex: Ethereum; Litecoin; Ripple …

[25] V. RENOUX S. BERNARD Généralités – Crypto-monnaies et Initial Coin Offerings : voyage en terre inconnue Droit fiscal n°5, 1er févr. 2018, 150

[26] P.-X. CHOMIAC DE SAS Le dark web ou l’internet clandestin et son encadrement juridique RLDI N°149, 1er juin 2018

[27] M. COLLET Le bitcoin devant le Conseil d’État JCP G. n°26, 25 juin 2018, 743

[28] A. TOUATI M. CABASSU Le traitement des cryptomonnaies dans les bilans comptables Les Nouvelles Fiscales, N°1217, 1er mars 2018

[29] BOI-BNC-CHAMP-10-10-20-40-20160203 n°1080 03 févr. 2016

[30] « la cession des unités de bitcoin relèvent du régime d’imposition des plus-values de biens meubles (Art. 150 UA CGI)», CE, 26 avr. 2018, nos 417.809, 418.030, 418.031, 418.032, 418.033, L. COSTES P. LÉTIENNE Éclairage sur la fiscalité du bitcoin (BTC) à l’attention des particuliers, RLDI, juin 2018

[31] J. HUET Le bitcoin, dont la légalité paraît admise, est une sorte de monnaie contractuelle Revue des contrats 1er mars 2017 n°01 p. 54 ID : RDC113v4

[32] AMF, communiqué, 22 févr. 2018 Bull. Joly Bourse n°02 p. 77, 1er mars 2018 Id : BJB117k3

[33] Art. L. 561-2, 7 bis C. mon. et fin.; CA PARIS 26 août 2011 n°11/15269 ; CA PARIS pôle 5, ch. 6, 26 sept. 2013 n°12/00161, SAS Macaraja c/ SA Crédit Industriel et Commercial Comm. T. BONNEAU Une société qui utilise un compte bancaire sur lequel transitent des bitcoins est-elle un prestataire de service de paiement ? JCP E. n°8, 20 févr. 2014, 1091

[34] Parallèle avec la « BitLicence » américaine, X. VAMPARYS Perspectives américaines sur la régulation des crypto-actifs Bull. Joly Bourse n°02, 1er mars 2018, p. 116 ID : BJB117j7

[35] Art. L. 533-12-7 CMF

[36] E. THÉOCHARIDI La conclusion des smart contracts  : révolution ou simple adaptation ? RLDA N°138, 1er juin 2018

[37] M. ROUSSILLE Crypto-actifs : le modèle de régulation en jeu Bull. Joly Bourse n°02 p. 73, 1er mars 2018 ID : BJB117j6

[38] Communiqués de presse, Achats de Bitcoins : l’AMF et l’ACPR mettent en garde les épargnants, 04 déc. 2017, Source : www.amf-france.org; Communiqués de presse, ESAs ESMA50-164-1284, 12 févr. 2018, Source : www.esma.europa.eu; S. MAOUCHE AMF : vers un nouveau cadre légal pour les Initial Coin Offerings Dossiers d’actualité, LexisNexis 10 avr. 2018

[39] M. ROUSSILLE Crypto-actifs : le modèle de régulation en jeu Bull. Joly Bourse n°02 p. 73, 1er mars 2018 ID : BJB117j6; Volonté d’instaurer un « encadrement des plateformes de conversion et de transactions en crypto-actifs … dans un cadre international » Crypto-monnaies : position de la Banque de France L’ESSENTIEL Droit bancaire n°4, 03 avr. 2018, p. 8 ID : DBA111g7

[40] L. GODEFROY Le code algorithmique au service du droit D. 2018. 734, 12 avr. 2018

[41] O. DELAUNAY Le bitcoin, objet de manipulation de cours ? Droit et Patrimoine, N°281, 1er juin 2018

[42] J.-B. AUBY Le droit administratif face aux défis du numérique AJDA 2018. 835, 23 avr. 2018

[43] N. DEVILLIER Jouer dans le « bac à sable » réglementaire pour réguler l’innovation disruptive : le cas de la technologie de la chaîne de blocs RTD com. 2017. 1037, 22 févr. 2018

[44] G. MARRAUD des GROTTES Auditions au Sénat sur la blockchain : les incompréhensions demeurent… RLDA N°135 1er mars 2018; P. NOIZAT Énergivore le bitcoin ? Oui, et alors ? Tribune 29 mars 2018, Source : www.capital.fr

[45] X. VAMPARYS Perspectives américaines sur la régulation des crypto-actifs Bull. Joly Bourse n°02, 1er mars 2018 p. 116 ID : BJB117j7

[46] Le premier échec des régulateurs est symbolisé par l’absence de soumission à TVA de l’échange d’euros contre des bitcoins, car celui-ci s’assimile à une transaction financière S. POLROT À propos de la fiscalité du trading de cryptomonnaies Les Nouvelles Fiscales N°1204, 15 juill. 2017

[47] X. VAMPARYS Perspectives américaines sur la régulation des crypto-actifs Bull. Joly Bourse n°02, 1er mars 2018, p. 116 ID : BJB117j7

[48] G20-Le FSB rejette les appels à une régulation des cryptomonnaies 13 mars 2018, Source : www.investir.lesechos.fr

[49] Comptes rendus de la Commission des finances, Présidence de M. Vincent Éblé, 07 févr. 2018, Source : http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20180205/fin.html#toc1

[50] « le bitcoin est échangé librement dans 96 pays. On décompte 4,9 milliards de dollars d’échange en 24 heures et 12 millions d’utilisateurs en coin base » M. DE SARNEZ Quest. Ass. nat. n°4694 JO Ass. nat. 23 janv. 2018

[51] « 70 % des transactions mondiales de bitcoins se font par le biais de quatre coopératives de mineurs chinoises » N. DEVILLIER Jouer dans le « bac à sable » réglementaire pour réguler l’innovation disruptive : le cas de la technologie de la chaîne de blocs RTD com. 2017. 1037, 22 févr. 2018

[52] J. DEVÈZE A. COURET I. PARACHKÉVOVA T. POULAIN-REHM M. TELLER V. MAURIÈS Sommaire analytique Partie 4 Instruments de paiement et instruments de crédit Titre 2 Diverses formes de monnaie Chapitre 3 Les monnaies « privées »Section 1 Les « monnaies virtuelles » – Le bitcoin, 2808 Présentation du bitcoin, Le Lamy droit du financement, Maj. nov. 2017

[53] O. DELAUNAY Le bitcoin, objet de manipulation de cours ? Droit et Patrimoine, N°281, 1er juin 2018

[54] « la société Lemon Way d’un blâme et d’une amende de 80 000 € pour, notamment, ne pas avoir identifié des clients qui effectuaient des opérations d’achat et de vente de bitcoins » Décis. de l’ACPR rendue le 30 mars 2017, LEMON WAY, Procédure n° 2016-05, F. CHAFIOL A. BARBET-MASSIN La blockchain à l’heure de l’entrée en application du règlement général sur la protection des données Dalloz IP/IT 2017 p.637

[55] S. ALMASEANU Le traitement pénal du Bitcoin et des autres monnaies virtuelles Gaz. Pal. 30 août 2014 n°242 p. 11 ID : GPL190n9

[56] P.-A. CONIL Le notaire et le Bitcoin ou l’heureuse rencontre du notariat traditionnel et des nouvelles technologies JCP N. 16 mars 2018

[57] F. MEURIS-GUERRERO Décryptage des cyber-attaques qui ont marqué l’année 2017 Communication Commerce électronique n°6, juin 2018, alerte 46

[58] « 30 000 Bitcoins, lesquels avaient été saisis puis confisqués pénalement dans l’affaire Silk Road, ainsi que la première saisie de Bitcoins en France par une ordonnance d’un magistrat instructeur » S. ALMASEANU Le traitement pénal du Bitcoin et des autres monnaies virtuelles Gaz. Pal. 30 août 2014 n°242 p. 11 ID : GPL190n9

[59] CA PARIS pôle 5, ch. 6, 26 sept. 2013 n°12/00161, SAS Macaraja c/ SA Crédit Industriel et Commercial

[60] R. GAUTHIER Blanchiment – Entretien avec Bruno Dalles, directeur de Tracfin – Entretien Droit pénal n°1, janv. 2018, entretien 1

[61] H. LEFEBVRE S. POLROT C. ABITBOL Moyens de paiement – Blockchain : premier (s) pas vers la réglementation des « cryptomonnaies » et autres actifs numériques JCP E. n°19, 11 mai 2017, 1255

[62] Art. L. 561-15 CMF; P.-A. CONIL Le notaire et le Bitcoin ou l’heureuse rencontre du notariat traditionnel et des nouvelles technologies JCP N. 16 mars 2018

[63] G. BOURDEAUX Propos sur les « crypto-monnaies » RDBF n°6, nov. 2016, doss. 39

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

obligation

La réalisation d’une émission obligataire permettant l’accès au capital de la société émettrice : Procédure et Régime

Une obligation est un titre négociable qui confère, au sein d’une même émission, les mêmes ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *