Intégrer une école de commerce

Chaque année, vous êtes des milliers d’étudiants, français ou étrangers, à vous demander comment intégrer une école supérieure de commerce (ESC).
Voici quelques conseils pour vous y retrouver.

 

Les classes préparatoires aux grandes écoles
Voies traditionnelles pour intégrer une école supérieure de commerce, les classes préparatoires sont généralement réservées aux élèves les plus studieux qui ne craignent pas la compétition. Il existe différentes filières de classes préparatoires, selon que vous choisissez la voie scientifique (ECS), économique (ECE) ou technologique (ECT).

Les admissions sur titre
Les admissions sur titre (AST) sont des concours permettant à des étudiants, de niveau bac +2 (voire bac +3/+4), de toute discipline, d’intégrer une ESC. Les épreuves sont multiples : classiquement, sont exigés un test de mathématiques/linguistique/logique (Tage Mage), un score à un test d’anglais (TOEIC, TOEFL, IELTS…), un entretien de motivation et un oral d’anglais. La voie AST permet d’offrir une pluridisciplinarité à votre parcours ; d’ailleurs certains employeurs en sont particulièrement friands : à titre d’illustration, les cabinets d’avocats spécialisés en droit des affaires apprécient une formation juridique complétée par un cursus en ESC.

Les mastères spécialisés
Les mastères spécialisés (MS) permettent aux étudiants, généralement titulaires d’au moins un diplôme de niveau Master 2 (ou de niveau Master 1, associé à quelques années d’expérience professionnelle), de se spécialiser dans une discipline particulière : management stratégique, marketing, finance internationale… Les modalités d’accès sont semblables à celles des AST, mais les taux d’admission sont en moyenne plus élevés. L’avantage principal des MS est de pouvoir être diplômé d’une école de commerce, souvent prestigieuse (donc de bénéficier de son réseau), de se spécialiser en un an. Là où le bât blesse, c’est que les MS ne constituent pas un diplôme reconnu par l’État : c’est un label de la Conférence des grandes écoles. Quid de la reconnaissance par les employeurs ? Les opinions restent mitigées. Une constante à ne pas négliger : les frais de scolarité sont souvent très élevés.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *