Accueil > Libertés fondamentales > Les mutilations génitales féminines : de l’inégalité des genres à l’atteinte aux droits fondamentaux des femmes

Les mutilations génitales féminines : de l’inégalité des genres à l’atteinte aux droits fondamentaux des femmes

Les mutilations génitales féminines : de l’inégalité des genres à l’atteinte aux droits fondamentaux des femmes

Les mutilations génitales féminines (MGF) correspondent dans plusieurs pays, notamment d’Afrique subsaharienne, du Proche-Orient (Égypte) et d’Asie du Sud-Est (Indonésie et Malaisie), à une norme sociale qui puise son origine dans l’inégalité entre les hommes et les femmes.

La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) de 1979 ainsi que la Convention relative aux droits de l’enfant de 1989 ont déclaré contraire aux droits fondamentaux de la personne le fait de pratiquer l’excision. En effet, les MGF portent atteinte à divers droits fondamentaux tels que le droit à la santé, le droit à la vie et à l’intégrité physique ainsi que le droit à ne subir aucune forme de discrimination.

Le droit à la santé, à la vie et à l’intégrité physique

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « 100 à 140 millions de filles et de femmes dans le monde vivent en subissant les conséquences d’une MGF ». En effet, les mutilations génitales féminines peuvent entraîner de graves séquelles autant physiques que psychologiques. L’excision peut mener à court et long terme à des complications médicales telles que des problèmes urinaires et menstruels, des infections telles que le tétanos, des hémorragies, mais également à un risque accru du cancer du col de l’utérus ou encore à une augmentation du risque de contamination du VIH. De plus, des délabrements périnéaux pouvant mener à des complications lors de la grossesse peuvent être observés. Cette pratique peut également mener au décès de la jeune fille ou de la femme l’ayant subi. Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels reconnaît en son article 12 (1) le droit qu’a toute personne « de jouir du meilleur état de santé physique et mentale qu’elle soit capable d’atteindre ».

Le droit à la vie et à l’intégrité physique comprend également le droit de ne pas être soumis à la torture, le droit à la liberté, à la sécurité et le droit à la vie privée. Les MGF constituent un risque important pour la santé, pouvant dans certains cas s’avérer mortel. Elles constituent donc une atteinte au droit à la sécurité et à l’intégrité physique et au droit de ne pas être soumis à la violence.

Le droit des femmes à ne subir aucune forme de discrimination

Les MGF sont généralement effectuées dans des circonstances traditionnelles et coutumières. Les raisons pour lesquelles les mutilations sont pratiquées varient d’un pays à un autre mais sont généralement liées à l’interdiction de l’accès au plaisir sexuel féminin par l’ablation du clitoris et à l’amélioration du plaisir sexuel masculin dû au rétrécissement du vagin ou de l’orifice vaginal. Le but de ces mutilations est donc la subalternisation de la femme à l’homme.

La pratique de l’excision correspond à la définition de « discrimination » donnée par l’article 1 de la CEDAW. Elle est le plus souvent infligée à des jeunes filles entre l’enfance et l’adolescence. Selon le rapport de 2013 Mutilations génitales féminines / excision: aperçu statistique et étude de la dynamique des changements de l’UNICEF, « en Égypte, en République centrafricaine, en Somalie et au Tchad, au moins 80 % des filles sont excisées entre 5 et 14 ans. ».

La communauté internationale se mobilise dans le but d’éliminer ces pratiques dangereuses. L’Assemblée générale des Nations Unies a demandé à plusieurs reprises que les MGF fassent l’objet de davantage d’attention et que les États multiplient leurs efforts pour les éliminer. De plus, en 2012, une résolution intitulée « Mettre fin à la mutilation génitale féminine » par la Commission de la condition de la femme des Nations Unie dénonce une atteinte aux droits fondamentaux de la femme ainsi qu’un préjudice irréparable.

Lola Perez

Pour en savoir +:

« Le droit international relatif aux droits de l’Homme et les mutilations génitales féminines », ONU FEMMES http://www.unwomen.org/fr

« Mutilations sexuelles féminines », OMS – Aide-mémoire N°241, Février 2017

« Ce qu’il faut savoir sur les mutilations génitales féminines et l’excision », Unicef

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

fence-2163951_1920

LOI ASILE ET IMMIGRATION : UN TEXTE CONTROVERSÉ

Lors de débats tendus le 4 juillet 2018, la commission paritaire sur le projet de ...

2 Commentaires

  1. Plasticienne, j’ai réalisé une oeuvre sur le sujet intitulée « Infibulation », que j’ai pu présenter à 400 lycéens pour la Journée des Femmes 2018. Le dialogue fut incroyable. L’art a permis de parler directement des MGF et ouvrir le débat.

    A découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/blog-page.html

  2. Les mutilations génitales de toutes sortes sont à combattre. Sur ce thème la France a fait un nouveau pas en avant en adoptant un amendement qui permet aussi aux mineurs masculins de demander l’asile en France s’ils risquent de subir une mutilation génitale. Cependant tandis que toutes les mutilations sexuelles féminines sont concernées pour le droit d’asile, seules les mutilations génitales empêchant la reproduction sont prises en compte pour les mineurs masculins. Comment expliquer cette différence ? Les mineurs masculins n’ont-ils pas le droit à la même reconnaissance de l’atteinte à l’intégrité physique, à la souffrance morale causée par des mutilations sexuelles parfois faites sans anesthésie, voir même au danger de mort comme c’est le cas de certaines circoncisions traditionnelles en Afrique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *