Accueil > Propriété intellectuelle > Communication juridique > Droit et Religion : le droit français et la religion musulmane – Armelle NIANGA

Droit et Religion : le droit français et la religion musulmane – Armelle NIANGA

 


 

Accès à l’exposé

 



Le thème Droit et Religion est très large et peut recouper énormément de significations. Il peut être l’occasion d’étudier les rapports entre les États et la Religion, la place qu’elle va y tenir… Ou encore l’influence du droit sur la Religion ; celle de la Religion sur le droit… Et bien d’autres choses, encore… Ce n’est pas le parti que j’ai choisi…

Pour moi, l’actualité et les grandes polémiques de ces dernières années font apparaître une « espèce » de conflit entre le droit et la religion, et plus particulièrement, entre le droit et la religion musulmane. Et, c’est sous cet angle que j’ai choisi d’aborder le thème Droit et Religion : je me suis donc attachée à la relation entre le droit français et la religion musulmane…

Cela peut bien sûr donner le sentiment que je n’ai traité qu’une seule facette du sujet, ce qui est vrai… Mais il s’agit d’une « grosse » facette. Je n‘ai d’ailleurs pu, faute de temps et de recul, l‘envisager dans sa totalité…

 

En principe, même dans un État laïque comme la France qui prône la séparation des Églises et de l’État, on ne peut opposer Droit et Religion. Tous les deux viennent organiser, certes à leur manière, la vie collective et tentent de régir les comportements humains en posant des règles. Ils sont nécessairement amenés à tenir compte l’un de l’autre…

 

Le droit ne peut pas nier l’existence de la religion, de fait elle existe. C’est une donnée qu’il doit prendre en compte. Il ne peut pas l’ignorer et doit en assurer le libre exercice. La religion ne peut pas nier l’existence du droit. Ne serait-ce que parce que tout manquement aux règles de droit emporte sanction.

 

Pourtant, il m’a semblé à en croire l’actualité et les polémiques de ces dernières années, qu’en France, il y a une séparation quasi étanche entre le droit et la religion musulmane. Comme si il n’y avait pas de communication entre les deux. Comme si chacun s’était construit et se construisait sans tenir compte de l’autre. Ce qui laisse un sentiment d’autant plus étrange que l’Islam est aujourd’hui la deuxième Religion de France.

 

Armelle NIANGA

Master 2 recherche en droit mention Sociologie du droit et communication juridique

Université Paris II Panthéon-Assas

 

 

 

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

La place de la victime dans le procès pénal – Myriam MAYEL

  Accès au mémoire Pour le victimologue Robert Cario, doit être considérée comme […] victime ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *