Joutes oratoires à l'université de Bretagne Sud!

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Joutes oratoires à l'université de Bretagne Sud!

19 décembre 2013 @ 8 h 00 min - 28 février 2014 @ 17 h 00 min

Roselyne Belz

Chargée de communication

Tél. 02.97.01.70.52

Mél. roselyne.belz @univ-ubs.fr

www.univ-ubs.fr

Vannes, le 16 décembre 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Le concours en vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=ekSsZRigVbo&feature=youtu.be

Joutes oratoires :  premier concours de plaidoiries

 

L’association « Pratik Ô Droit » et l’ADE (Association Des Étudiants) de l’Université Bretagne Sud présentent la première édition des joutes oratoires de l’Université. Il s’agit d’un concours de plaidoiries, à l’initiative de trois étudiantes en Master 1 droit privé du campus de Tohannic à Vannes. 12 étudiants et 27 lycéens vont y participer.

La plaidoirie, exposé verbal des prétentions mais aussi des arguments des parties  lors d’une audience sera au cœur de l’exercice. Le concours est ouvert à tous les étudiants de la terminale au doctorat. Il se déroule en trois phases du 28 janvier au 28 février. Pour cette première édition, David Robo, maire de Vannes fera l’honneur de participer au jury. À l’issu de ces épreuves, les lauréats se verront remettre plusieurs lots offerts par les partenaires de l’opération que sont : Dalloz, mon  code juridique, le petit juriste …

  • 30 minutes maximum pour convaincre

La première session aura lieu les 28 et 29 janvier. 14 étudiants de la Faculté de Droit, des Sciences Économiques et de Gestion vont démontrer leurs talents oratoires mardi 28 janvier au matin. L’après-midi, place aux lycéens, ils sont 27 élèves de terminale issus de différentes filières du lycée Saint-Paul de Vannes à se préparer. Ces 27 élèves présenteront leur plaidoirie en groupe de 2 ou 3 dans l’amphi de leur lycée. Mercredi 29, le jury assistera aux dernières plaidoiries avant une série d’interventions proposée aux participants. À noter que depuis le début du mois de janvier et jusqu’aux vacances de février, les organisatrices interviennent chaque semaine au lycée Saint-Paul pour enseigner quelques bases de droit aux lycéens afin de les préparer au concours de plaidoirie. Ces 27 élèves suivent en effet un programme d’aide personnalisé non noté sur le thème : C’est quoi les métiers du droit et jouer à l’avocat.

Des sujets de culture générale, ont été spécialement choisis pour les participants. D’actualité ou de tous temps, parfois cocasses, ils promettent de belles surprises. Quels sont-ils ?

Pour les étudiants : Closer/Public et vie privée , La jupe: quelle longueur?, Pour ou contre le chou-fleur?, Le génocide des Indiens d’Amérique, Les traders responsables sur leurs propres deniers, Le travail: santé ou souffrance?, La crise est-elle encore d’actualité?, Maison de retraite: Mourarium, Existe-t-il un droit des animaux?, Tue-moi s’il te plait, La perfection existe-t-elle encore dans le monde d’aujourd’hui?, Le secret professionnel est-il toujours respecté?, Physique ou qualité que choisir? Le blocage des prix: une solution?

 

Pour les terminales : La vérité est-elle toujours bonne à dire ?, La parité, Le respect de l’âge, « Manger 5 fruits et légumes par jour » : Utopie  ?, Sauvetage de la planète : une réalité ?, En France : on n’est pas raciste !, Le loto : rêve ou mensonge, La taille ça compte ?, L’argent: un instrument du pouvoir, Et si le requin n’avait pas de dent, Le football est-il un art ou une profession?

Les participants devront mener une plaidoirie sur un sujet de culture générale qu’ils auront tiré au sort de leur inscription. Mais pour compliquer la tâche, ce sujet sera accompagné de 3 mots sans lien. Trois mots qu’ils devront obligatoirement insérer dans leur plaidoirie, au risque d’être disqualifiés. À noter qu’ils n’auront pas plus de 30 minutes pour réaliser l’exercice.

Un jury de choix

La plaidoirie est publique et un jury composé de 3 personnes attribuera une note à chaque candidat. L’exposé sera conclu par les questions du jury qui porteront sur le sujet traité, la préparation, ou la participation au concours. Chacun des 3 membres attribuera une note sur 20 en fonction d’un barème, dont la moyenne permettra de classer les candidats. Ainsi l’éloquence et la manière de convaincre du candidat comptera pour 8 points, l’analyse juridique et la pertinence pour 8 autres points, et l’attitude du candidat face au sujet et face au public pour les 4 derniers points.

Ce jury sera composé du maire de Vannes, d’un avocat du barreau de Vannes et d’un professeur. À la fin de cette première session, les 8 candidats qui ont obtenus les meilleures moyennes accèderont à la demi-finale. Les participants ayant obtenu les 9e et 10e meilleures notes resteront cependant suppléants. Le soir-même, les sujets des cas pratiques de la demi-finale et de la finale seront tirés au sort. Les orateurs disposeront alors d’un mois pour se préparer.

  • 8 candidats en demi-finale

La demi-finale se déroulera le 26 février. Il s’agira également d’une plaidoirie, mais dans celle-ci, deux candidats défendront leur position au sein d’un litige donné.

Chaque candidat passera devant un public et un jury composé de 5 personnes dont au moins une personne qui ne soit pas un professionnel du Droit. Le candidat disposera d’un maximum de 30 minutes sous peine de perdre des points. À la fin de l’exposé, le jury aura la possibilité de poser des questions au candidat. Il apposera ensuite une note sous le même barème de notation que lors de la première session. Seul quatre personnes accèderont à la dernière étape.

  • Dernière étape : la finale !

Les quatre étudiants sélectionnés devront rapidement être prêt pour la finale qui n’aura lieu que deux jours plus tard, le 28 février. Pour cette dernière épreuve, les candidats défendront la même position pour un même litige.

Il n’y aura pas de notation en finale, l’ordre des finalistes sera laissé à l’appréciation des membres du jury

  • Une occasion de pratiquer le droit

Pourquoi organiser un tel évènement ? Jessica PAVOT, à l’origine du projet l’explique…

« Ancienne étudiante à l’université de Nîmes j’avais eu l’occasion pendant ma deuxième année de participer au concours Goguillot. Cela avait été une expérience très enrichissante et l’envie de reprendre le concours m’est venue. Aujourd’hui participer ne m’intéresse plus, mais l’organiser est un vrai plaisir.

Le but premier de ce concours est que tous les étudiants puissent enfin pratiquer le droit. Certes à une échelle familiale, mais c’est tellement gratifiant de pouvoir appliquer tout ce que nos professeurs nous ont appris. Le concours permet d’avoir un regard plus concret sur le monde juridique. Nous avons tous envie de pratiquer …

Certains se découvriront une passion pour le Droit, l’éloquence, d’autres verront leur choix se confirmer ou s’infirmer. Par ailleurs, offrir la possibilité aux élèves de Terminale de participer au concours créera peut être une vocation et leur donnera envie de venir faire leurs études à l’UBS, pas nécessairement en droit. Ainsi en constatant que les étudiants de l’UBS s’organisent afin de créer des événements cela prouvera l’esprit « école » qu’a à offrir une petite université comme la nôtre. Ouverture d’esprit, convivialité : deux qualités qui ne se trouvent pas dans tous les établissements du supérieur ».

 

3 étudiants organisent l’évènement

 

Jessica PAVOT, 21 ans, étudiante en Master 1 Droit Privé, mention Carrière judiciaire. Jessica a participé à la 13e édition du concours de plaidoirie Paul Émile Goguillot à Nîmes et est l’initiatrice du projet au sein de l’Université de Bretagne-Sud.

Caroline LAUDRAIN, 23 ans, étudiante en Master 1 Droit Privé, mention droit notarial.

Clothilde DÉGARDIN, 22 ans, étudiante en Master 1 Droit privé, mention droit des affaires.

 

 

Les partenaires

 

-L’Université de Bretagne-Sud,  sa Maison Des Étudiants, ses professeurs… l’ADE (Association Des Étudiants) Droit Vannes qui offre des chèques cadeau de chez le libraire Cheminant d’une valeur de 150 euros pour le grand gagnant, 100 euros pour le second, et 50 euros pour le troisième.

 

-Dalloz, Maison d’édition française fondée par Désiré Dalloz en 1845 et spécialisée dans le droit et l’actualité juridique. Elle offre un livre à chacun des 3 gagnants et des règles marque-page à chacun des participants.

 

-Mon Code Juridique, Créateur de deux applications pour iPhone, Blackberry et Androïd permettant d’accéder au Code Civil et au Code Pénal sans connexion une fois les applications installées. 10 applications seront offertes.

 

-Maire de Vannes et son équipe, le Maire de Vannes, David ROBO, est le Président des jurys de la première session.

 

-Tribunal de Grande Instance de Vannes Monsieur CASSAN-FERRIER sera le Président du jury de la demi-finale.

La finale devrait –sous confirmation- avoir lieu au sein du TGI, sous la présidence de la nouvelle présidente du TGI.

 

-Le petit Juriste, journal étudiant gratuit distribué dans 47 universités françaises, apporte son soutien, et offre la possibilité aux lauréats d’écrire un article dans leur journal.

[À retrouver sur Facebook : facebook.com/pratikodroit ; sur internet www.pratikodroit.fr Contact : pratikodroit@gmail.com / Jessica PAVOT 06 21 76 20 71]

 

Détails

Début :
19 décembre 2013 @ 8 h 00 min
Fin :
28 février 2014 @ 17 h 00 min

Organisateurs

pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit
pratikodroit