Accueil > Droit de la santé > Les axes majeurs du « Plan pour l’égal accès aux soins dans les territoires »

Les axes majeurs du « Plan pour l’égal accès aux soins dans les territoires »

Les axes majeurs du « Plan pour l’égal accès aux soins dans les territoires »

Le 13 octobre 2017 au cours de l’inauguration de la Maison de Santé de Châlus (87), le Premier ministre, M. Edouard Philippe et la ministre des Solidarités et de la Santé, Mme Agnès Buzyn ont présenté un plan afin de renforcer l’accès territorial aux soins pour tous les Français.

Aujourd’hui en France, près de 5,3 millions de personnes éprouvent des difficultés d’accès à une médecine de qualité dans un délai raisonnable.

M.Edouard Philippe soutient que l’État doit garantir un égal accès aux soins à ses citoyens, qu’ils vivent en zone urbaine ou rurale. Plus précisément, il a affirmé que « la situation actuelle constitue une véritable rupture d’égalité pour celles et ceux, qui, parce qu’ils ont simplement la malchance de vivre au mauvais endroit, ne peuvent pas accéder rapidement à des soins médicaux ».

Ce plan a été adopté pour faire face à trois principales problématiques. Tout d’abord, il faut relever un grand nombre de départs à la retraite et parallèlement une diminution du nombre de généralistes libéraux. Ensuite, la majorité des jeunes diplômés recherchant plus d’équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle, ne sont pas prêts de travailler seul dans une zone souffrant de déficit d’offres de soins. Enfin, la population française vieillissant mieux, le nombre de professionnels de santé doit nécessairement être augmenté et ces derniers doivent se réunir afin de répondre à des soins spécifiques.

Face à de telles difficultés, le Premier ministre a affirmé qu’il était déterminé à agir, « à faire sauter les verrous, à innover, à expérimenter sans tabou, avec un seul objectif : améliorer l’accès aux soins pour tous ».

Ainsi, les solutions apportées par le Gouvernement tournent autour de trois priorités principales. Premièrement, une coopération entre les professionnels de santé est nécessaire pour assurer un travail en équipe et un meilleur suivi des patients. Concrètement, le nombre de maisons médicales et de maisons de santé doit être vu à la hausse afin que les jeunes diplômés puissent se regrouper et travailler ensemble. Puis, dans le même objectif, le Premier ministre prévoit de simplifier les démarches administratives et d’accorder des aides particulières aux médecins afin qu’ils s’installent dans des zones fragiles. Enfin, le chef du Gouvernement a insisté sur l’innovation et notamment sur le développement de la télémédecine. Si cette technique soulève encore certaines difficultés, elle permettra en outre d’obtenir un diagnostic rapide pour les patients ; technique qui a d’ores et déjà été approuvée par la Cour des comptes dans son rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale 2017.

Un suivi de la mise en œuvre de ce plan, cohérent et pragmatique, est prévu pendant toute la durée du quinquennat. En définitive, le Gouvernement dispose encore de quatre belles années pour l’appliquer, à l’instar de la ville de Châlus.

 

Manon Vezin

 

POUR EN SAVOIR PLUS

-Dossier de presse, 13 octobre 2017, « Renforcer l’accès territorial aux soins », gouvernement.fr

-Discours d’Edouard Philippe prononcé le 13 octobre 2017, gouvernement.fr

-Rapport sur l’application des Lois de financement de la Sécurité sociale 2017, ccomptes.fr

 

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  

ça peut vous intéresser

image comprimé

Levothyrox ® : première demande d’expertise médicale

Par un jugement du 17 janvier 2018, le tribunal administratif de Montpellier ordonne la mise ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *