Hédac : un fort esprit d’école

Benoît Dumontet

Benoît Dumontet, directeur des études de l’Hédac (Haute école des avocats conseils) de Versailles, s’investit pleinement depuis six ans dans le programme de formation initiale. Il nous détaille le contenu pédagogique de ce cursus personnalisé et axé sur la mise en situation professionnelle.

« Je reçois dès les inscriptions chaque étudiant pour savoir comment il souhaite organiser sa scolarité à l’Hédac », annonce Benoît Dumontet. Le directeur des études de l’école d’avocats de Versailles tient à mettre l’accent sur cet accompagnement individuel : « La taille de l’école – moins de 300 élèves – et la disponibilité de l’équipe administrative et de la direction permettent d’être à l’écoute des spécificités et besoins de chacun. »

L’élève-avocat qui intègre l’Hédac pourra ainsi suivre sa scolarité à temps plein ou en alternance, effectuer un stage de six à vingt-deux mois dans un à quatre cabinets et effectuer les trois périodes de formation (PPI, stages et acquisitions des fondamentaux) dans l’ordre qu’il souhaite. Son inscription lui permettra d’obtenir le Capa mais également de valider une majeure (une spécialisation) ou un parcours grande école, un mastère spécialisé, un diplôme d’université, un LLM, un certificat de communication juridique interculturelle dispensé en anglais par l’ISIT…

Un baryton donne des cours de techniques vocales

« Nous respectons bien sûr le programme de formation suggéré par le CNB : nous formons nos élèves-avocats à la déontologie, à la pratique du contentieux, à la plaidoirie et à la gestion d’un cabinet mais nous avons fait le choix d’aller plus loin en développant des programmes spécifiques », explique Benoît Dumontet. L’école propose ainsi de nombreux ateliers pratiques de management, de communication, d’écriture avec des professeurs de français, d’expression scénique avec un metteur en scène et acteur de théâtre, de techniques vocales avec un baryton… « Nous privilégions la pratique professionnelle avec deux cent quarante heures d’atelier. Notre volonté est de confronter nos futurs confrères à des mises en situation de pratique professionnelle. C’est pourquoi nous avons aussi mis en place les MAPP (Modules approfondis de pratique professionnelle) conçus en partenariat avec des cabinets d’avocats et des magistrats. »

Un cabinet d’avocat fictif de quatre à six personnes

Tous les élèves-avocats de l’Hédac doivent choisir trois MAPP parmi une trentaine. D’une durée de vingt-quatre heures, ces modules couvrent toutes les matières du droit. L’école a noué plusieurs partenariats avec des cabinets d’avocats, notamment avec EY Société d’Avocats, CMS Francis Lefebvre Avocats, PwC Société d’Avocats, Taj Deloitte, White & Case… Chacun accueille des petits groupes d’une vingtaine d’élèves-avocats. Chaque groupe se subdivise en un cabinet d’avocats fictif de quatre à six personnes de profils différents et dont le travail va être de répondre à des problématiques réelles et de présenter le projet à l’issue du module. « Ces MAPP permettent notamment aux cabinets de détecter de bons profils et de leur proposer des stages et une collaboration par la suite », souligne Benoît Dumontet.

Les étudiants valideront ensuite une majeure de leur choix, une spécialisation qui valorisera leur CV et donc leur insertion professionnelle. Il en existe plusieurs : droit fiscal, droit du ­travail, droit des personnes, droit pénal, droit de l’immobilier, de la construction et de l’urbanisme…

Stages en maisons d’arrêt

L’étudiant de l’Hédac peut aussi valider un parcours grande école, un mastère spécialisé, un LLM, un DU… L’école a d’ailleurs créé plusieurs formations : un DU Avocat conseil des entreprises innovantes avec l’université Paris-XI Sceaux, un DU Avocat conseil fiscal des entreprises avec EY Société d’Avocats et l’Université Paris-Est Créteil… Durant l’année, les élèves-avocats participent également à de nombreux voyages d’études à la Cour internationale de justice de La Haye, à la Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg, à la finale du concours de plaidoirie du mémorial de Caen… Des stages en maisons d’arrêt et centres pénitentiaires sont aussi organisés. « En voyage d’études, nous partons en groupe de 20 à 60 personnes. Ces escapades renforcent notamment les liens entre les étudiants », se réjouit le directeur des études qui a à cœur d’entretenir ce fort esprit d’école, marque de fabrique de l’Hédac.

 Propos recueillis par Séverine Tavennec

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *