Conseils d’une auditrice de Justice pour réussir l’ENM

Camille Charme nous raconte comment elle a réussi le concours d’entrée à l’Ecole Nationale de la Magistrature.

CV :

  • 2007 baccalauréat S en 2007
  • 2007/2009 : classe préparatoire scientifique
  • 2009/2013 : double diplôme en droits français et anglais (King’s College London et Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 2013/2014 : IEJ Paris 1 Panthéon-Sorbonne, préparation du concours

As-tu toujours rêvé de devenir magistrat ?

La magistrature a été une vocation assez tardive. Après le baccalauréat je m’étais orientée vers une filière scientifique, le droit a été une réorientation. J’avais fait le choix du droit car c’était un domaine très large, qui me laissait le temps de trouver ma voie. Je n’avais jamais pensé être magistrat avant ça. Ce n’est qu’au fils des années de fac et de mes stages que cette idée est apparue.

Comment as-tu géré ta préparation pour l’ENM ?

J’ai décidé de préparer le concours juste après mon master 1, en me focalisant exclusivement dessus. Je n’ai donc pas préparé de master 2 en parallèle. De par ma maîtrise je n’étais ni spécialisée en pénal ni en civil et je voulais garder cette ouverture d’esprit. Je me suis inscrite à l’institut d’étude judiciaire de ma fac. Je n’ai pas pris de classe préparatoire privée à côté.

Pendant l’année je suis allée à la plupart des cours dispensés par l’IEJ, mais j’ai fait le tri dans certaines matières, car j’avais besoin d’un grand temps de travail personnel. Par contre, j’ai fait tous les galops d’essai et tous les entraînements en conditions réelles. C’est vraiment essentiel.

Pour la gestion du programme, qui peut paraître insurmontable au début, tout a été une question d’organisation et de planification. J’ai divisé mon année en deux : de septembre à avril j’ai fiché tous les cours (sur des livres ou sur des polys que j’avais récupérés) et d’avril à juin j’ai tout révisé d’un coup. Je m’étais fait un emploi du temps « compte à rebours », pour avoir le temps de voir au moins chaque chapitre une fois et ne pas faire d’impasse.

J’avais préparé pour chaque chapitre des fiches très courtes focalisées sur la dissertation (grande problématique, grands principes en jeu, phrases d’accroche, citations) ou sur le cas pratique (déroulement du syllogisme, jurisprudence essentielle). Je les ai complétées au fur et à mesure de l’année. Cela me permettait de pouvoir appréhender très rapidement un sujet et d’avoir des révisions efficaces.

Pour me tenir à jour de l’actualité juridique, je n’ai pas eu le temps de lire des articles de fond et des revues spécialisées. J’ai principalement fait mes recherches et mes mises à jour sur le site dalloz-etudiant.fr, qui est pédagogique, complet et surtout rapide à lire.

Je n’ai pas commencé à préparer les oraux avant les résultats de l’admissibilité en juillet. J’ai donc là aussi dû préparer un planning serré pour voir toutes les matières pendant l’été, sans oublier l’anglais et la fiche individuelle. J’ai fait tous les entraînements proposés par l’IEJ, que ce soit pour les oraux de langues, les oraux techniques ou le grand oral.

J’ai travaillé toute l’année en bibliothèque, avec un groupe d’amis qui ne préparaient pas forcément le concours. Cela m’a permis de ne pas être seule et de tenir le rythme. Ils m’ont aussi soutenue dans les moments difficiles.

L’as-tu eu du premier coup ?

J’ai eu la chance d’avoir le concours du premier coup, mais si ce n’est pas votre cas, ne vous découragez surtout pas. Beaucoup d’auditeurs l’ont eu après deux, voire trois tentatives !

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants désireux de passer l’ENM ?

La réussite du concours tient en plusieurs clés :

  • Il faut apprendre à bien se connaître et à identifier les méthodes de travail qui sont les plus efficaces pour nous (en groupe, à la bibliothèque, à la maison en pyjama). C’est important de travailler dans les conditions qui nous correspondent et nous rassurent.
  • Il est essentiel de travailler la méthodologie qui est attendue par les correcteurs. La forme est aussi essentielle que le fond (voire plus). Il faut donc reprendre ses copies avec la correction, les décortiquer et aller voir les profs pour leur demander ce qui peut être amélioré. Je vous conseille aussi de faire un maximum d’entraînements dans les conditions réelles, pour apprendre à gérer son temps, à ne pas paniquer devant un sujet qu’on ne maîtrise pas, à utiliser son code, ect… Il n’est pas possible de connaître tout le programme sur le bout des doigts, par contre maîtriser la méthodologie le jour J peut vous permettre d’assurer une note correcte !
  • Il est d’ailleurs important de réviser tout le programme sans rien mettre de côté. Faire des impasses peut être très dangereux. Mais cela ne signifie pas non plus qu’il faille tout apprendre par cœur, les points techniques sont dans les codes. Il faut cependant avoir une idée des grandes problématiques/évolutions/idées pour chaque chapitre. Il ne faut pas négliger l’épreuve de droit public non plus, elle peut rapporter des points.
  • Il ne faut pas se focaliser sur les matières que l’on maîtrise le mieux, même si c’est tentant car très rassurant. Il faut donc se forcer à travailler les matières qui nous paraissent les plus obscures et ne pas passer des heures sur des sujets que l’on maîtrise déjà.
  • Pour la culture générale, il peut être intéressant de mettre en avant les connaissances que vous avez déjà, et les choses qui vous plaisent. Si vous avez des affinités avec la philosophie, l’histoire, et l’économie, utilisez-les. Vos cours de terminale (si vous les avez gardés) sont généralement amplement suffisants pour le concours ! Pas besoin de lire Hannah Arendt dans le texte…Là aussi, il est utile de préparer des fiches rapides pour chaque notion clé, avec des citations, les livres, des auteurs que l’on peut réutiliser. Gardez l’esprit ouvert, il peut être intéressant de faire des références originales, si elles rentrent dans le sujet.
  • Pour ne pas se décourager devant l’ampleur de la tâche, je vous conseille de bien organiser et anticiper l’année de révision. Mettez-vous des date lines et des objectifs de travail, ce qui vous permettra de voir que vous avancez !

En dehors de ça il faut essayer de se cocooner pendant l’année. Garder le moral et la motivation est essentiel pour tenir le coup ! Même s’il y a des moments de découragement, il faut savoir repartir, ne pas hésiter à se prendre deux jours de pause pour s’y remettre après. Il ne faut pas se décourager si les notes ne sont pas bonnes au début, c’est tout à fait normal car la préparation ne s’arrête qu’au jour du concours. Ce ne sont que les notes au concours qui comptent, pas celles d’avant.

Et enfin mon dernier conseil (et le plus important selon moi) est de ne pas se comparer aux autres ! Chacun a ses méthodes de travail, chacun avance à son rythme, chacun a ses sujets de prédilections, et il ne faut surtout pas essayer de faire pareil que son voisin. Cela rendra la préparation encore plus difficile que ce qu’elle n’est. Ayez confiance en vous et en vos capacités.

Une fois l’ENM intégrée, comment cela se passe-t-il ?

La formation à l’ENM est à la fois pratique et théorique. La formation comprend un stage de 5 mois au sein d’un cabinet d’avocat, puis une période de formation théorique à Bordeaux pendant environ 8 mois, et se termine par un stage en juridiction de plus d’un an. Ce stage est le point essentiel de la formation. Il nous permet de mettre en pratique ce que l’on a vu à l’école et va permettre à l’auditeur de passer dans toutes les fonctions du magistrat.

Il y a en outre plusieurs épreuves de classement au cours de la formation (après la formation théorique et après le stage juridictionnel), qui consistent en la rédaction d’acte (jugements, règlements définitifs) et d’un grand oral.

Quel est selon toi le plus difficile dans ce concours ?

Ce que j’ai trouvé le plus difficile dans le concours est de faire face, seule, à un programme qui semble interminable ! Il faut donc arriver à le décortiquer, à planifier et ainsi à dédramatiser ! Cela permet de se rendre compte qu’on avance, lentement mais surement !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.