CRFPA: les conseils de ceux qui ont été admis

Le Petit Juriste est parti à la rencontre de 3 profils ayant réussi le CRFPA.

 

Christelle BANGOURAChristelle Bangoura: a réussi le CRFPA sans prépa

Quand as-tu commencé ta préparation?

J’ai assisté aux cours d’actualisation des matières que je comptais prendre à partir du mois de janvier mais j’ai réellement débuté le travail de révision sur le fond à partir de juillet.

 

Comment as-tu organisé ton temps de révision?

Pendant l’été, je n’ai révisé que les écrits selon un schéma simple : lecture du cours en entier puis fichage en accentuant les points évoqués par le professeur pendant les cours d’actualisation de l’IEJ, apprentissage des fiches et enfin faire les annales pour m’entrainer à rédiger et voir comment je réagissais aux sujets.

Pour les oraux, c’était un peu plus compliqué car j’étais en stage donc je n’avais pas vraiment le temps de réviser. J’ai commencé à lire chacun de mes cours en entier en les surlignant dès la semaine qui a suivi les écrits. Ensuite j’ai appris seulement les points surlignés quelques jours avant chaque oral. Je ne vais pas m’étendre sur le grand oral que j’ai révisé la veille et qui m’a valu une note épique! Heureusement j’ai eu de bonnes notes à mes autres oraux, ce qui m’a permis de compenser le tout avec les écrits.

 

As-tu toujours voulu passer le CRFPA?

Non au départ je voulais simplement finir mon master 2 et travailler au sein d’un département juridique en entreprise. Mais une fois que j’ai intégré le master, j’ai compris que même pour travailler en entreprise (notamment lorsque l’on veut intégrer les grands groupes internationaux), le mieux est d’avoir le CAPA. Alors je me suis dit autant finir une bonne fois pour toute le cursus pour ne pas me fermer des portes

 

Si tu avais trois conseils à donner aux futurs candidats, quels seraient-ils?

Choisissez stratégiquement des matières qui pourront vous rapporter un maximum de points même si ce ne sont pas vos matières de spécialité. .

Assistez aux cours d’actualisation des matières que vous aimeriez prendre si possible car vous pourrez savoir ce que le professeur (qui par ailleurs fait le sujet d’examen souvent) attend et glaner tous les conseils qu’il donne.Cela permet aussi de conforter son choix de matière ou d’en changer si on s’aperçoit que le professeur est très exigent ou ne s’intéresse qu’aux points de cours que l’on ne maitrise pas du tout dans la matière.

Attention aux dispenses, n’en n’utiliser qu’une seule si vous pensez que vous ne serez pas à l’aise pour le grand oral. Ce dernier vaut un plus gros coefficient et il faut donc plusieurs bonnes notes aux autres oraux(ou une bonne moyenne aux écrits) pour rattraper un grand oral catastrophique (ce qui a été mon cas !).

 


 

Marine ArcSoft_Image9 - copieMarine a réussi le CRFPA avec une prépa estivale 

Quand as-tu passé le CRFPA pour la première fois ?

J’ai décidé de passer le CRFPA pour la 1ère fois à la fin du Master 1. Lorsque je me suis inscrite à la prépa, je me suis aperçue que j’avais simplement suivi mes amis et que, contrairement à eux, je souhaitais prendre le temps de terminer mon Master 2 avant de me lancer. J’ai donc repoussé mon inscription d’une année, et j’ai obtenu le CRFPA en décembre dernier.

 

Es-tu allée aux cours de l’IEJ durant l’année ?

Comme beaucoup d’étudiants, mon emploi du temps ne me laissait pas la possibilité d’aller aux cours de l’IEJ. Néanmoins, y assister présente de nombreux avantages : cela permet de se mettre dans le bain dès le mois de janvier, et surtout d’orienter ses révisions. Le CRFPA n’est pas un examen national et reste encore organisé par les IEJ, ils ont leurs propres attentes et des spécificités qui diffèrent énormément d’une fac à une autre. Cela constitue un point déterminant pour la réussite de l’examen !

 

Tu as donc choisi une prépa estivale uniquement, te sentais-tu prête pour l’examen ?

Je ne me suis vraiment lancée dans la préparation de l’examen qu’au début de la prépa au mois de juillet. De manière globale, les prépas estivales préparent très bien à l’examen : galops d’essai toutes les semaines, corrigés détaillés, professeurs disponibles… C’est un coût financier important, mais l’investissement en vaut la peine. Le programme étant très dense, il est toujours difficile de se sentir réellement prêt le jour J.

 

Si tu devais donner 3 conseils aux étudiants, quels seraient-ils ?

Lancez vous dans l’examen une fois que vous êtes prêt, mais une fois lancé, ne lâchez rien jusqu’au jour J, vous ne savez jamais ce qui va tomber !

Une fois les écrits passés, n’attendez pas trop pour la préparation des oraux, car le programme reste assez conséquent.

Vous pourrez difficilement être parfaitement au point sur l’ensemble du programme, ne faites pas d’impasse, mais concentrez-vous sur les sujets les plus susceptibles de tomber dans votre IEJ.

 


 

Pascual nous raconte son expérience avec une prépa longue durée à distance

Pourquoi avoir choisi une prépa à distance?

Je n’ai vraiment rien fait comme tout le monde, puisque j’ai choisi la prépa à distance à l’année, là où la plupart des étudiants choisissent plutôt la prépa estivale en présentiel. Lorsque je me suis inscrite j’étais en Master 2. Je voulais pouvoir organiser mon travail comme je le souhaitais entre le Master et la prépa. Je voulais également avoir la possibilité de passer plus de temps auprès de ma famille qui n’est pas sur Paris. Lors de mes années à l’Université j’ai toujours travaillé dans mon coin en bibliothèque ou chez moi, je savais donc que je serai parfaitement capable de gérer une prépa à distance.

 

T’es-tu senti assez encadré?

Oui, car nous pouvons assister aux cours en direct par vidéo si nous le souhaitons, même si je pense que les polycopiés sont largement suffisants. En plus de cela,  les professeurs se sont montrés très disponibles pour répondre à toutes nos questions.

Nous avions également tous les lundi matin, des entrainements de cinq heures à la note de synthèse. Nous devions rendre les copies par mail (scannée pour s’entrainer à écrire à la main), avant 14 heures. Je savais qu’il était absolument essentiel de s’entrainer. Il était donc obligatoire d’être tous les lundi sur son bureau dès 9 heure du matin. L’organisme renvoyait la copie par courrier dans le courant de la semaine, avec une note et des annotations.

 

Quel est le secret pour réussir à s’organiser lorsque l’on a pas de cours en présentiel?

Je pense qu’il faut passer une sorte de contrat moral avec soi-même ! Il faut savoir que ce sera difficile, mais que l’entrainement est absolument indispensable.

 

Un conseil pour les futurs candidats?

Pensez à la prépa à l’année. Elle est par définition moins intensive que la prépa estivale sur deux mois, elle permet de mieux enregistrer les cours mais également la méthode de la note de synthèse, qui est loin d’être évidente. Pour la prépa à distance, je pense qu’elle est faite pour les étudiants habitués à travailler seuls, de façon autonome, et vraiment motivés pour réussir l’examen. La vraie difficulté de la prépa à distance, c’est qu’aucun camarade n’est près de vous pour vous remotiver en cas de coup de blues.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.