Devenir inspecteur des finances publiques

Julien HOPIN - Inspecteur

D’abord engagé dans un cursus tourné vers le cinéma, Julien cherche des débouchées plus stables et s’oriente vers le droit. Sa licence obtenue, il intègre le Master 1 de Droit Fiscal de la Sorbonne en même temps qu’il passe le concours pour être Inspecteur. Pour le concours d’inspecteur des Finances, on passe à l’oral comme à l’écrit, sur la même discipline. Il choisit sans hésitations les Finances publiques et compte sur son sérieux universitaire pour passer les concours : « Une prépa’ n’est absolument pas nécessaire lorsqu’on a un profil adapté à son choix de matière ».

Capture2

« Est ce qu’il y a trop de fonctionnaires selon vous? »  »Oui »

Retenu aux écrits, il passe les oraux en janvier, au milieu de ses partiels. Il se souvient avec humour avoir répondu lors de l’entretien de motivation « Oui » lorsque le jury lui demande s’il pense qu’il y a trop de fonctionnaires, « à voir leurs regards, la réponse ne plaisait pas ». Cet entretien est également là pour tester les capacités managériales des candidats, avec des questions de mise en situation « Un agent arrive saoul au bureau et doit prendre en charge l’accueil, que faire ? ».

Puis vient l’exposé, dont le sujet est tiré au sort, ensuite « le jury interroge sur le programme complet, il faut être préparé car  ils n’hésitent pas à tester la culture G ».

Une vague de déçus à cause des quotas de chaque filière

Les six premiers mois de la formation se font dans un tronc généraliste. Ensuite, arrivent les six mois de spécialisation : « Les professeurs sont des professionnels et donc savent de quoi ils parlent, ce qui est très formateur ». Cependant, nombreux sont ceux qui vont atterrir par défaut en gestion publique, faute de place du côté fiscal.  L’ancienneté administrative et le rang de sortie du concours font ainsi le tri dans les vœux d’affectation.

Inspecteur, un poste à responsabilité

Actuellement en poste, Julien encadre huit personnes en tant qu’inspecteur, tout cela pour un salaire de 2250 euros net. Il sait bien que ce dernier n’évoluera pas énormément et qu’ « il faut oublier les 35h et l’idée d’avoir des heures supplémentaires payées » puisque ces dernières sont traduites en jours de récupération, avec une limitation. Julien le souligne, « être  fonctionnaire  ce n’est pas « ne pas travailler », il y a beaucoup de responsabilités et il faut savoir être multitâches ».

 

Capture3

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.