Droit immobilier – Droit de préemption et silence du vendeur

Comment interpréter le silence du vendeur lorsque la commune exerce son droit de préemption en effectuant une offre d’acquisition sur le bien à un prix différent ?

Telle est la question posée (n°00931) par J. L. Masson au ministère de l’intérieur. Au sein de la réponse ministérielle, il est rappelé que les dispositions de l’article R. 213-10 du Code de l’urbanisme sont claires, le vendeur recevant une offre d’acquisition de la part du titulaire du droit de préemption dispose d’un délai de deux mois à compter de la notification de l’offre pour y répondre. Si, à l’expiration de ce délai, le vendeur conserve le silence, celui-ci doit être interprété comme équivalant à « une renonciation d’aliéner ». (JO Sénat, 19 octobre 2017, p. 3248)

Ambre de Vomécourt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *