Les premiers pas de jeunes professionnels : Jeune notaire

Charlène Pick , jeune notaire, nous livre son témoignage en tant que jeune professionnelle…

Guide Formation : Quel est le parcours pour devenir notaire ?

Charlène Pick : A ce jour, il existe deux voies pour devenir notaire, l’une professionnelle et l’autre universitaire.
La voie universitaire, est certainement la plus connue : la faculté de droit, en commençant par une licence en droit de trois ans, pour ensuite poursuivre sur un master 1 et 2 droit notarial et finir par le diplôme supérieur du notariat (DSN) de deux ans en alternance. Après avoir validé chaque examen et avoir effectué les deux ans de stage dans une étude notariale, il convient de soutenir son rapport de stage, pour valider le diplôme supérieur du notariat.

G. F. : Une fois diplômé, est-il possible d’ouvrir sa propre étude ?

C. P. : Après avoir obtenu le diplôme supérieur du notariat (DSN) ou le diplôme d’aptitude aux fonctions de notaires (DAAFN), l’étudiant commencera à travailler en tant que notaire stagiaire. Une fois le rapport de stage soutenu, il deviendra notaire assistant, un poste permettant de rédiger les actes, de suivre les dossiers dès la prise de contact jusqu’aux formalités postérieures, une fois l’acte signé, et ensuite commencer à recevoir les rendez-vous.
A ce jour, il existe deux possibilités pour devenir notaire associé, c’est-à-dire détenir sa propre étude.
Premièrement, il est possible de racheter les parts d’un associé qui part à la retraite. Pour ce faire, il doit être établi un dossier d’installation qui sera examiné par la chambre des notaires et le procureur de la république. Une fois le dossier examiné, celui-ci est transmis au conseil régional qui appréciera l’aptitude du candidat à exercer dignement la profession et les conditions de réalisation de la cession. Après délibération, le cédant et le cessionnaire signent un traité de cession qui sera remis au Procureur de la République.
Deuxièmement, il est possible d’ouvrir sa propre étude, par le passage du concours de création d’office, qui permet d’obtenir une ville en fonction de son classement.
C’est un concours difficile à obtenir, et il est conseillé d’avoir un certain nombre d’année d’expérience avant de se présenter.

G. F. : Quelles sont les principales qualités attendues chez un notaire ?

C. P. : Le notaire est une personne responsable civilement et pénalement de ses actes. Il intervient dans les moments importants de la vie des clients, que ce soit pour un contrat de mariage, un divorce, une vente, une donation… Il est donc important qu’un notaire soit à l’écoute de ses clients, et il avoir une capacité d’analyse et de synthèse afin de pouvoir retranscrire les termes juridiques de façon simplifiée aux clients.
Le notaire doit également être pédagogue afin de faire progresser ses équipes. Il est un chef d’entreprise à part entière, avec toutes les responsabilités qui en résultent.
Un notaire est un officier public qui doit être sensible aux règles de déontologie émanant de la Garde des Sceaux. Ces règles constituent son carnet de route pour toute sa carrière et il devra s’y référer au moindre doute. Dernièrement, le notaire doit être un lecteur assidu de l’actualité juridique afin de suivre de près les textes de lois.
« nemo censetur ignorare legem » : nul n’est censé ignorer la loi.

A NOTER :

A ce jour, le ministre de l’économie,  Emmanuel MACRON souhaite libéraliser la profession de notaire, notamment en permettant la liberté d’installation. Ceci implique que tous notaires assistants, notaires salariés, ou clercs de notaire justifiant de six années d’expérience, pourraient s’installer en tant que notaire. Bien entendu, l’installation devra être validée par le Procureur de la République, mais il n’y aura plus lieu de passer un concours pour la création d’office.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.