10 conseils pour intégrer un M2

Pour sortir du lot et présenter un dossier de candidature solide, suivez nos précieux conseils pour décrocher le M2 qui répond à votre projet professionnel. 

1 – Ne vous autocensurez pas

 « Ce M2 me plaît, mais je viens de consulter les CV de la promotion actuelle : je n’ai aucune chance de l’intégrer ! » Stop ! L’autocensure est probablement la première cause de frustration à l’issue du processus de sélection en M2. Gardez en tête qu’un détail à première vue insignifiant pour vous (par exemple, un job) pourrait plaire au directeur de tel master et faire la différence. De même, vos chances d’admission dépendront directement de la quantité et de la qualité des candidatures de l’année où vous postulerez. Mettez donc toutes les chances de votre côté. Il vaut mieux recevoir une lettre de refus qu’avoir le moindre remord !

2 – Anticipez vos candidatures

Le processus de sélection en M2 est propre à chaque université. Parfois, il diffère même selon les masters d’une même université. Par conséquent, les candidatures sont ouvertes sur des périodes différentes. Faire un tableau recensant tous les M2 que vous avez demandés en indiquant notamment les dates d’ouverture et de clôture des candidatures. Sachez qu’elles peuvent avoir lieu pendant la période des partiels. Afin d’éviter tout stress inutile, préparez donc vos candidatures en amont (CV et lettre de motivation) et révisez sereinement.Enfin, n’envoyez pas votre dossier la veille de la deadline. Les directeurs de M2 n’attendent pas nécessairement la date de clôture des candidatures pour étudier les différents dossiers reçus.

3 – Faites un dossier irréprochable, personnalisé et vendeur

Deux éléments de votre dossier seront particulièrement étudiés : le CV et la lettre de motivation. Le CV devra présenter votre parcours universitaire, votre niveau en langues, mais aussi vos loisirs et surtout votre expérience professionnelle. Il doit être sobre (limitez les couleurs, vous n’êtes pas étudiant en école de graphisme). Soignez le style et l’orthographe ! Mentionnez vos stages et votre expérience en lien avec le spécialisation de master visée.

La lettre de motivation devra, elle, préciser votre projet professionnel et expliquer les raisons pour lesquelles vous postulez précisément pour telle formation. N’hésitez pas, par exemple, à faire relire votre lettre à des étudiants de la promotion sortante.

4 – Montrez votre motivation

Il va falloir vous démarquer, car tout le monde ne sera pas pris ! Il existe différents moyens de prouver que vous êtes réellement motivé(e). Vous pouvez, par exemple, suivre un MOOC  (Massive Open Online Course) et joindre ensuite le certificat de réussite à votre dossier de candidature. La grande majorité des MOOC sont dispensés en anglais, cela peut être un moyen de se cultiver tout en  attestant d’un certain niveau d’anglais. La rédaction d’un article juridique dans une revue, le journal de votre université, pour Le Petit Juriste… peut aussi aiguiser la curiosité d’un directeur de master.

5 – Ne postulez pas uniquement dans votre université 

Pour ne pas vous retrouver sans M2 à la prochaine rentrée, postulez à des masters dans d’autres universités. Ne craignez pas de quitter votre université d’origine, un grand nombre d’étudiants le font chaque année pour diverses raisons (réputation du M2, proximité géographique avec les cabinets et entreprises, partenariats…). Si le M2 de vos rêves se trouve à Paris, ne vous freinez pas. Contrairement aux idées reçues, les promotions ne sont pas composées d’élèves ayant uniquement étudié dans ces universités. Parfois c’est même le contraire : certains M2 parisiens sont remplis à plus de 50 % par des étudiants issus d’universités de province !

6 – Soyez cohérent

Le master que vous demandez doit généralement être en lien avec la spécialité et les matières que vous avez choisies au cours de vos études antérieures. Certes, le choix de matières en L3 et en M1 n’est pas rédhibitoire, mais demander un M2 droit fiscal sans jamais avoir étudié la fiscalité semble risqué. Par contre, demander un M2 droit privé général à la suite d’un M1 droit des affaires peut être pertinent. Faites donc les bons choix, et n’hésitez pas à demander conseil auprès de vos professeurs. Enfin, le M2 pour lequel vous vous portez candidat doit correspondre à votre projet professionnel. Comme énoncé plus haut, votre projet se doit d’être défini, au moins partiellement (quitte à en changer par la suite). Un directeur de M2 aura du mal à privilégier la candidature d’un étudiant qui ne sait pas quelle direction prendre après quatre années de droit.

7 – Passez un test d’anglais

Les étudiants en droit doivent avoir un bon niveau en anglais, notamment en droit des affaires et droit international. Pour certains masters, c’est obligatoire. Il est donc conseillé de passer au moins le test TOEIC. Renseignez-vous pour savoir si votre université organise des sessions.

8 – Préparez vos oraux

Les oraux sont assez spécifiques à chaque master. En général, les directeurs vous interrogeront sur votre formation, sur vos expériences professionnelles. Ils souhaiteront aussi en savoir davantage sur votre projet. Ce dernier sera un axe central de votre entretien. Sachez le présenter avec cohérence, en le mettant en lumière avec le master que vous convoitez. Prenez le temps de vous exprimer avec clarté et montrez votre motivation à intégrer ce master. Il va falloir convaincre votre ou vos interlocuteurs ( s ) car les places sont chères.

9 – Soyez incollable sur la formation en question

Avant de vous porter candidat à un M2, il est essentiel de se renseigner sur le diplôme dans sa globalité : enseignements, professeurs, activités et événements organisés. Vous trouverez tout sur le site de l’université. Essayez également de participer aux journées portes ouvertes ou aux colloques prévus par la formation : rencontrer les étudiants et professeurs vous permettra de cerner les réelles exigences de ces derniers.

10 – N’écoutez pas les bruits de couloir

« Tel M2 ne prend que si on a telle moyenne, tel M2 est mieux que cet autre M2, il faut absolument candidater avec déjà un stage ou une alternance… ». A la fin du M1, décrocher son M2 est la préoccupation de tous les étudiants en droit. Sans faire de généralité, certains étudiants mal intentionnés n’hésiteront pas à raconter tout et n’importe quoi dans les couloirs ou sur le groupe Facebook de la promotion. Certes, chaque M2 a ses spécificités, mais il est important de bien vérifier ses sources avant de sous-estimer ses chances. Le plus simple est d’interroger directement les étudiants de la promotion actuelle ou mieux le directeur de la formation.

  Nicolas Gentile

Juriste et auteur du livre « Chronique d’un étudiant en M2 : comment j’ai passé la sélection en master de droit » (Enrick B Editions, mars 2018).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.