Droit de la Concurrence – "La Poste et la téléphonie mobile"

Suite à l’autorisation par l’Autorité de la Concurrence[1] de la création, par La Poste (51%) et l’opérateur SFR (49%), d’une entreprise commune active sur le marché de détail de la téléphonie mobile en France, La Poste Mobile a communiqué ses offres en début de semaine. Utilisant le réseau de SFR, elle propose des offres claires, larges et compétitives.

En effet, La Poste Mobile lance une gamme complète d’offres mobile allant des cartes prépayées aux forfaits bloqués et non bloqués en passant par des forfaits SMS, le tout à « des tarifs agressifs sur un marché déjà très concurrentiel »[2]. Elle met notamment en place un tarif social, des prix ronds et justes. La Poste propose « l’intégralité de ses forfaits en version sans engagement sans surcoût »[3]. Elle s’engage également à ne pas réserver ses meilleures offres aux nouveaux clients et à offrir un service après-vente de qualité (téléphone de remplacement, prise en charge des frais d’envoi, etc.).

En se lançant sur ce nouveau marché, La Poste qui espère « tirer profit de son réseau de proximité »[4], semble retourner à ses racines.

Ayant pour objectif entre 2 et 2.5 millions de clients d’ici cinq ans, soit 3% du marché français selon l’AFP, La Poste met ses guichetiers à contribution. La Poste a formé ses propres salariés pour fournir ce nouveau service aux quelques 2 millions de personnes qui entrent chaque jour dans un bureau de poste.



[1] Par la décision 11-DCC-07 du 28 janvier 2011

[2] AFP

[3] Site internet de La Poste

[4] Cf. Note 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.