Droit Pénal – Le secret et la protection des correspondances

Le fait de plier en deux un papier ne démontre pas la volonté de l’émetteur de garder secret cette
correspondance. Ainsi, l’avocat remettant à une personne escortée un papier plié en deux ne va pas bénéficier
des articles 226-15 et 432-9 du Code Pénal. La personne chargée de son escorte, et dépositaire de l’autorité
publique, pourra contrôler son contenu sans violer le secret incombant aux correspondances.
Afin de remplir les critères nécessaires, et de protéger cette dernière, elle devra être mise sous enveloppe.

Source : Net-Iris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.