Etudier le droit une année à l’étranger : les plus et les moins

Echanges universitaires, LL.M., doubles-cursus… Aujourd’hui le choix ne manque pas lorsqu’un étudiant en Droit veut passer un an à l’étranger ! Donc que choisir ? Quand le faire ? Dans quel cadre ? Nous vous proposons ici plusieurs pistes si vous souhaitez découvrir un autre pays, une autre culture, tout en approfondissant vos connaissances dans un Droit étranger ou en Droit international.

 

Pourquoi partir ?

Avant tout, il faut vous poser quelques questions fondamentales : est-ce que cela correspond à mes attentes ? Est-ce vraiment ce que je veux ?Partir une année à l’étranger est une décision importante, qui doit être réfléchie. Il faut que vous en ayez envie. Par exemple car cela s’inscrit dans vos projets professionnels, ou car vous avez envie de développer vos compétences dans une autre langue ou dans un autre système juridique.Il faut donc penser aux débouchés et aux orientations que vous souhaitez donner à votre carrière avant de partir !

Où partir ?

Le choix de la destination se fait bien sûr selon vos envies personnelles, mais doit aussi se faire selon vos projets. Si vous avez un faible niveau d’anglais, privilégiez un pays anglophone : aujourd’hui, le juriste doit être bilingue. Si vous souhaitez être avocat dans une grande firme internationale, privilégiez le top des universités.

Quand partir ?

Faire un échange en L3 ou en M1 ? L’opportunité du moment de passer une année à l’étranger est une question que vous devez vous poser. En effet, par exemple, si vous souhaitez faire un échange universitaire en Master 1, vous devez le faire en ayant déjà en tête à quel(s) Master(s) 2 vous souhaiterez postuler. Car si une année d’études à l’étranger est en général bien accueillie dans les Master 2 de Droit international, si vous visez un Master 2 exclusivement de droit français, l’on vous demandera d’être compétent dans certaines matières que vous n’avez pas eu l’occasion de suivre à l’étranger.

Quelles matières choisir ?

Choisissez vos matières suivant votre intérêt personnel, mais aussi en gardant en tête vos objectifs de carrière et le Master pour lequel vous souhaitez postuler. Vous pouvez toutefois vous laissez des portes ouvertes et choisir quelques matières pour votre pur plaisir personnel.Aussi, en L3, privilégiez les matières qui vous permettront de vous familiariser avec le pays dans lequel vous êtes, cela vous facilitera grandement les choses

 

Echange universitaire, double cursus ou LL.M. ?

Chaque moyen de partir à l’étranger a ses plus et ses moins.

  • L’échange universitaire est un bon moyen de partir en cours de cursus, et surtout financièrement avantageux : vous êtes exonérés des frais de scolarité de l’université d’accueil et dans le cadre du programme ERASMUS, vous bénéficiez même d’une aide financière. Attention cependant : si vous souhaitez vous diriger vers des Masters de droit purement interne, tel que Droit notarial, il est moins recommandé de passer une année à l’étranger pendant le cursus universitaire. Ou alors, rattrapez l’année manquée en France, par vous-mêmes par exemple, car certaines matières de droit français sont essentielles pour une carrière de juriste ou d’avocat.
  • L’entrée en double cursus se fait généralement post-bac ou après la L1. Les doubles cursus sont des programmes d’excellence, ils proposent l’apprentissage de deux systèmes juridiques différents, tout en utilisant deux langues différentes. Si vous souhaitez vous engager dans cette voie, il vaut mieux être très motivé et surtout avoir déjà de bonnes connaissances en langues étrangères.
  • Le principal avantage du LL.M. est le fait qu’il vous confère un diplôme de l’université étrangère dans laquelle vous étudiez. Les LL.M. sont aujourd’hui très bien accueillis en entreprise, voire obligatoires pour travailler dans certains grands cabinets d’avocats. Toutefois, le coût est assez élevé, donc renseignez-vous sur les différentes aides et bourses qui existent.

Les débouchés

Indéniablement, avoir étudié à l’étranger est un avantage, que vous visiez une carrière de juriste ou d’avocat, en France ou à l’étranger. La connaissance d’une langue étrangère, d’un système juridique étranger, une ouverture d’esprit que vous permettent d’acquérir une année à l’étranger, sont très valorisés. Encore une fois, attention si vous souhaitez exercer certaines fonctions qui exigent un parcours franco-français avec une connaissance parfaite du droit français.

En bref, partir à l’étranger peut être une expérience très enrichissante et peut vous ouvrir énormément de portes pour votre future carrière, mais cela doit être une décision réfléchie, et il ne faut jamais perdre de vue ses projets professionnels !

 

FYLLM

N’attendez plus pour découvrir FindyourLL.M.com

 

Leslie Blaquières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.