Les premiers pas d’un jeune avocat

On n’a pas toujours la chance d’avoir dans son carnet d’adresse des contacts de jeunes professionnels entrés récemment dans la vie active. Et pourtant, leur témoignage s’avère souvent essentiel pour bien s’orienter. Le guide des formations juridiques vous offre cette opportunité en ayant rencontré Laurent Bibaut, jeune avocat en Droit fiscal dans un cabinet « Big 4 ».

 

CV express

  • Licence – Université d’Avignon
  • Master 1 et 2 en droit des affaires (recherche)- Université d’Aix-en-Provence
  • Master 2 droit du commerce international – Sorbonne
  • Ecole de Formation du Barreau

 

Comment s’est déroulée votre insertion professionnelle ?

En parallèle de mes études, j’ai réalisé mes stages à chaque fois en fiscalité dans différents types de cabinets (« Big 4 », cabinets d’avocats français ou américain) avant de débuter ma première collaboration en tant qu’avocat fiscaliste dans un cabinet d’origine anglo-saxonne. J’ai rejoint un an plus tard un « Big 4 », toujours en droit fiscal.

A quoi ressemble votre quotidien?

Je travaille pour plusieurs associés au sein de mon cabinet ce qui me permet de traiter des dossiers variés au quotidien. Je travaille ainsi tant en conseil (e.g., fiscalité des opérations de M&A, fiscalité internationale des grands groupes) qu’en contentieux fiscal. Mon cabinet m’a également permis de partir à NYC pendant 6 mois afin d’assister des sociétés US multinationales sur leurs problématiques de fiscalité française.

Quelles sont selon vous les qualités indispensables pour être avocat?

Il me semble qu’il faut savoir s’adapter rapidement à la variété des sujets traités. Je pense qu’il est aussi indispensable d’avoir la capacité de traiter des flux importants d’information afin de les restituer de façon simple et compréhensible. On ne donne pas une information de la même manière à un directeur fiscal, un responsable comptable, un directeur financier ou à un manager de fonds d’investissement. Il faut de plus savoir être créatif ; Jean Giraudoux disait d’ailleurs du droit que c’était la plus « puissante des écoles de l’imagination ». Enfin, il faut être endurant (car les journées peuvent être longues) et rigoureux.

Si vous aviez un conseil à donner aux étudiants se destinant à cette carrière, quel serait-il?

D’abord, choisir d’exercer dans la spécialité du droit que l’on préfère. Ensuite, bien cibler le type de structure dans laquelle on veut commencer à exercer dans la mesure où le « quotidien » tel que décrit ci-dessus peut être radicalement différent d’un cabinet à l’autre. Enfin, accorder de l’importance aux langues étrangères et à la dimension « économique » du droit.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.